Victime de viols, l’actrice Lucie Lucas explique pourquoi elle a finalement choisi de témoigner

BelgaImage
BelgaImage

Un témoignage bouleversant et sincère : c’est ce qu’avait partagé Lucie Lucas, sur Instagram, le 23 novembre dernier en marge de la marche parisienne luttant contre les violences faites aux femmes. L’actrice française, notamment connue pour le rôle principal qu’elle incarne dans « Clem », dévoilait les violences sexuelles dont elle est victime depuis qu’elle est jeune, dont des viols.

>Le témoignage poignant de Lucie Lucas, star de « Clem », au sujet des viols qu’elle a subis

Ce mercredi 27 novembre, soit quelques jours après ces révélations qui avaient fait le tour des médias, Lucie Lucas a tenu à expliquer, à nouveau sur Instagram, pourquoi elle avait décidé de s’exprimer et de livre, au public, des pans de son intimité et de son histoire. D’abord « bouleversée par le mouvement #MeToo il y a deux ans », l’actrice a ensuite subi un électrochoc à la suite du « témoignage si fort et courageux » d’Adèle Haenel, la comédienne qui a accusé Christophe Ruggia de harcèlement sexuel et d’attouchements.

« Je voudrais que les hommes comprennent »

« Je me suis dit que le mouvement était venu, qu’on ne pouvait pas la laisser seule, elle qui a tellement milité dans son témoignage pour que la parole se libère », a écrit Lucie Lucas sur Instagram, comme le reprend BFMTV. « Si les femmes montrent leurs plaies et leurs cicatrices aujourd’hui, c’est dans l’espoir d’affronter le problème plus collectivement, une bonne fois pour toutes », plaide-t-elle.

Sans oublier bien sûr de remercier les nombreux soutiens reçus depuis son témoignage, notant par ailleurs que « beaucoup d’hommes » lui ont également écrit : « Je suis solidaire de toutes les femmes abîmées, mais c’est bien à la gente masculine que s’adressait mon message en premier lieu. Je voudrais que les hommes comprennent pourquoi on les embête tellement avec notre féminisme en ce moment, pourquoi on ne veut plus ‘lâcher l’affaire’. Pourquoi on ne peut plus se taire tant que la situation ne s’est pas arrangée significativement ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Le nombre de permis de bâtir octroyés en Belgique pour de nouvelles constructions unifamiliales diminue progressivement. La tendance qui monte: l’habitat groupé.

    Batibouw, un vrai salon… virtuel

    Du 27 février au 7 mars, la foire du bâtiment se tient sur internet. Un vrai salon, avec des contacts avec les exposants, mais en ligne. Un thème à retenir: les logements modulables.

  • Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    Prostituées, les oubliées du confinement

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.

  • La princesse Delphine s’est pliée de bonne grâce au jeu des photos témoins. Elle prend la pose ici devant le tombeau du roi Léopold Ier.

    Monarchie: Delphine dans la crypte royale

    Le 17 février, le Roi a invité sa demi-sœur à se recueillir devant les défunts de la Famille royale en l’église Notre-Dame de Laeken.