Coronavirus: quand le monde du porno est contaminé à sa manière par le Covid-10

BelgaImage
BelgaImage

Le porno suit les infos et agit en conséquence. Le coronavirus affole les médias du monde entier  ? Pas de souci, l’industrie du X reprend l’épidémie à sa sauce. Ce mercredi 4 mars, Vice a dévoilé cette information. Depuis le début de l’épidémie, qui inquiète (ou agace selon les profils) la population, le célèbre site Pornhub compte près de 150 vidéos comprenant le mot-clé « coronavirus ».

>Coronavirus : la mauvaise blague de Donald Trump sur les mesures de précaution à prendre

Pour « se sentir vivant »

Acteurs masqués, combinaisons de protection, mention du phénomène de quarantaine : les vedettes du porno font les choses à fond pour rivaliser de réalisme avec la situation actuelle. Parmi les scénarios qui fleurissent sur la toile, Vice en retient deux : « Bodycam Footage (CDC Agent) Investigates Deserted Wuhan » – du nom de la ville chinoise d’où le Covid-19 est parti – ou encore « TSA agent detains woman suspected of coronavirus ». En anglais dans le texte, mais on peut difficilement faire plus explicite.

>Coronavirus : près de 97.000 cas, 85 pays touchés : la carte interactive de la propagation

Ces vidéos, réservées à un public adulte, sont proposées par un couple qui répond au nom de scène de Spicy x Rice. Vice les a contactés. Ils débattent de cette « fascination morbide », comme l’écrit Ulyces  : « Je pense que les gens sont attirés par le porno sur le thème Covid-19 de la même manière que les gens qui ont peur de leur ombre aiment les films d’horreur. Nous recherchons tous des choses qui nous font nous sentir vivant ». Pour l’heure, le coronavirus a tué au moins 3.200 personnes à travers le monde. Et en a contaminé plus de 95.000.

Le coronavirus est décidément partout

« Nous pensions utiliser le porno comme un moyen de diffuser des informations importantes sur un ton léger pour que les gens puissent s’y intéresser et ainsi réduire nos chances d’être bannis des sites », explique Spicy qui entend donc apporter une vision pédagogique à sa vidéo pornographique. Il explique qu’en Chine, Pornhub est moins censuré que des sites qui sont, chez nous, bien plus classiques.

Ce n’est pas la première fois que le monde du X s’immisce dans l’épidémie de coronavirus. En février, le site porno xHamster avait offert des comptes premium aux citoyens vivant dans des zones affectées par le Covid-19. Aujourd’hui, difficile pour la plateforme de tenir ses promesses tant le coronavirus est devenu un enjeu mondial. Et certains petits malins l’ont bien compris. Comme le fait remarquer Ulyces, on ne compte plus les vidéos pornos où la mention « coronavirus » est utilisée dans le titre, alors que rien, dans la vidéo, ne s’y réfère.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern