Coronavirus : ils possèdent 17.700 flacons de gel hydroalcoolique qu’ils ne peuvent plus vendre (vidéo)

Coronavirus : ils possèdent 17.700 flacons de gel hydroalcoolique qu’ils ne peuvent plus vendre (vidéo)
Capture d’écran Youtube

Dur de trouver un pauvre petit flacon de ce fameux gel par ces temps-ci. De nombreuses personnes vont désespérément de magasin en magasin en quête du précieux objet. Pour deux Américains de la ville de Hixson, il s’avère que c’est le cadet de leur souci. Ils en ont plus qu’il n’en faut, 17.700 pour être exact. Comble de l’histoire : en avoir autant se révèle être une véritable malédiction. Leur histoire fait désormais le tour des Etats-Unis depuis un article du « New York Times » qui leur est consacré.

Tel est pris qui croyait prendre

Au début de cette folle histoire, Matt et Noah Colvin croient avoir une idée de génie. Alors qu’un premier décès de coronavirus est déclaré sur le territoire américain, ils écument les magasins pour acheter tous les gels hydroalcooliques qu’ils trouvent. Sachant que bientôt, tout le monde se les arrachera, ils pourront les vendre comme des petits pains à des prix bien au-dessus de celui normal. Ils commencent donc à se lancer dans un véritable business qui peut s’élever jusqu’à 70 dollars le flacon.

L’astuce n’a pas été du goût d’Amazon et eBay qui ont depuis bloqués ces deux personnes, comme pour des milliers d’autres comptes. Ces sites jugeaient immorale leur décision de faire payer leurs clients un tel prix pour un objet de ce type. « Cela a été un gros coup de massue sur la tête pour nous. Se dire que j’étais à deux doigts de mettre toute ma famille à l’abri du besoin et puis maintenant se demander ce que je vais pouvoir faire de toute cette marchandise », se désespère Matt Colvin au « New York Times ».

S’ils sont loin d’être les seuls à avoir tenté une telle opération commerciale, les deux Américains canalisent désormais sur eux la colère de nombreux Américains démunis de gel hydroalcoolique. « Vous êtes égoïstes, vous dévalisez les ressources pour votre propre profit », dit l’une de ces personnes fâchées contre eux. Une équipe de la chaîne locale WRCB a donc posé la question à Matt Colvin de savoir s’il se sent coupable d’avoir fait ça. « Est-ce que je dirais que je suis désolé d’avoir acheté tout cela ? Non, je ne pense pas que je le serais », répond-il après une longue hésitation. Preuve de son état d’esprit : il arbore encore fièrement un t-shirt où il est écrit un manifeste de son aspiration à se faire beaucoup d’argent : « Business Man, Business Family ».

 
  • Belgaimage

    François De Brigode, photographe du confinement

    Le journaliste de la RTBF partage au quotidien un cliché de la situation actuelle.

  • Belgaimage

    Soutenons nos héros: vos messages

    Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel de soutien envers tous les héros du quotidien pendant ce confinement. Voici une sélection de vos encouragements précieux. Merci à vous tous !

  • Dominique Strauss Kahn and Myriam L Aouffir attend the 16th Marrakech International Film Festival. Marrakech, Morocco - 05/12/2016//COLLET_0005-111/Credit:GUILLAUME COLLET/SIPA/1612060209 *** local caption *** 00784161

    Le retour gagnant de DSK

    Neuf ans après l’affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn s’est refait une santé. Aussi discret dans les médias qu’actif dans les affaires…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern