Bouli Lanners interpelle à nouveau David Clarinval avec une chanson de Bourvil (vidéo)

BELGAIMAGE-147056825
BelgaImage

Acte II de la confrontation Lanners-Clarinval. Non, il ne s’agit pas ici d’une réponse du ministre à l’attaque lancée samedi soir par le premier. C’est toujours bien Bouli Lanners qui s’adresse à David Clarinval via son compte Instagram. Mais cette fois-ci n’a rien à voir avec la dernière fois, plus question d’être dans l’énervement. Aujourd’hui, place à la sérénité et à la chanson.

Un choix de chanson qui n’est pas dû au hasard

« Hier, j’étais colère, aujourd’hui je suis dans la tendresse. J’ai donc appris cette semaine le piano et le chant et je dédicace cette chanson à Monsieur Clarinval pour lui dire que, malgré tout, je l’aime », dit Bouli Lanners au début de sa vidéo.

Après cela, il se lance dans une interprétation du titre de Bourvil, « La tendresse ». S’il a choisi cette chanson, ce n’est pas du tout par hasard. Les paroles sont facilement transposables à la situation actuelle : « On peut vivre sans richesse, presque sans le sous. Des seigneurs et des princesses, y'en a plus beaucoup. Mais vivre sans tendresse, on ne le pourrait pas », chante-t-il avant de passer directement à une strophe pleine de sens dans le cadre de la polémique avec David Clarinval : « Le travail est nécessaire, mais s’il faut rester des semaines sans rien faire, et bien on s’y fait. Mais vivre sans tendresse, le temps vous paraît long ».

Pour rappel, après le passage du ministre du Budget au journal de La Une samedi soir, Bouli Lanners avait publié une vidéo où il critiquait vertement l’espoir du ministre de voir le confinement se finir, au moins partiellement, le 19 avril. Le réalisateur juge cette espérance irréaliste et soupçonne David Clarinval de cacher quelque chose. Bouli Lanners est d’autant plus touché par le sujet qu’il a contracté le Covid-19.