Accueil Actu Soirmag

«Would you react?»: et vous, que feriez-vous face à un chien abandonné par peur du coronavirus? (vidéo)

La chaîne YouTube a pris pour habitude de confronter les citoyens belges et de mener des expériences sociales, dans le but de les faire réagir.

Temps de lecture: 4 min

Au sein des refuges belges, c’est panique à bord. Les adoptions d’animaux de compagnie sont rarissimes en cette période de confinement alors que ces lieux qui permettent de recueillir des animaux abandonnés sont saturés. Les abandons en lien avec le coronavirus, s’ils semblent bien plus fréquents en France, ont également lieu chez nous. Et notamment parce que le lien entre chiens et Covid-19 semble existe même si « rien ne prouve que la transmission du Covid-10 puisse se faire par les animaux », comme le précisait Sébastien De Jonge, le directeur de l’ASBL Sans collier, au Soir en mars dernier.

>Coronavirus : animaux, victimes collatérales

L’expert de terrain notait par contre que « le fait que les félins soient porteurs d’un virus semblable a créé la panique chez certains propriétaires alors qu’il a toujours existé et ne présente aucun risque pour l’homme ». Toujours est-il que cette situation d’abandon et les nombreux articles qui ont abordé la question dans la presse belge et française ont donné une idée à la chaîne YouTube « Would You React  ? ». Fort de près d’un million d’abonnés et de quasiment 120 millions de vues cumulées, le compte aborde des thématiques difficiles comme la « pédophilie intrafamiliale » ou plus récemment l’exclusion d’une infirmière du quartier par des voisins sous prétexte qu’elle est en lien avec le coronavirus.

>« Would You React ? » : comment réagir face à des voisins voulant mettre à la porte une infirmière du quartier ?

Des attitudes très différentes

Cette fois, ce compte qui a pour habitude de pratique des expériences sociales a remis le couvert avec l’abandon des animaux de compagnie. Pour ce faire, les équipes de « Would You React ? » ont imaginé un scénario dans lequel ils placent deux chiens accrochés à un arbre dans un parc et affublés d’une pancarte : « À donner. Peut-être atteint du Covid-19 !!! ». Une fois, le chien est petit. Une autre, il est plus imposant, « pour analyser une éventuelle différence de comportement » chez la personne qui observe la situation et réagit… ou non. Le tout est filmé sans que les citoyens belges ne s’en aperçoivent, pour ne pas biaiser l’expérience.

>En rue, un père menace son fils de violences physiques : la caméra cachée pour sensibiliser (vidéo)

En partenariat avec l’ASBL Sans collier, la chaîne YouTube a observé les gens. Jonathan Lambinet, le réalisateur, observe que « de prime à bord, nous aurions pu penser que bon nombre de marcheurs ou joggeurs allaient s’arrêter, mais l’expérience nous a prouvé le contraire, nombreux sont ceux qui ont passé leur chemin ». Il note que « certains bons samaritains se sont malgré tout arrêtés ». « Les abonnés en commentaires nous ont, à juste titre, signalé que c’est surtout les propriétaires de chiens qui s’étaient en fait arrêtés ! », précise-t-il au Soir mag.

>Would You React ?, la chaîne YouTube belge qui sensibilise le public face à des situations d’incivilité

Le bon geste à prodiguer

Enfin, certains – dont une femme très entreprenante – ont décidé d’agir. Quand d’autres n’ont fait que lire l’affiche. « Très peu ont offert des caresses à Oréo et Quidditch », note-t-il. Par ailleurs, « deux femmes ont pleuré de soulagement lorsque nous leur avons expliqué qu’il s’agissait d’une campagne de sensibilisation », observe Jonathan Lambinet. Toujours est-il que l’ASBL Sans collier précise les bons gestes à prodiguer en cas d’abandon sauvage : appeler la police, un refuge ou un vétérinaire. Un geste citoyen plus qu’une preuve que l’on aime les animaux. Bref, à nouveau une vidéo qui mérite le détour dans le chef de la chaîne « Would you react ? ». Mise en ligne ce 27 avril, la vidéo culmine déjà à près de 200.000 vues au moment d’écrire ces lignes.

Notre sélection vidéo

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une