Raphaëlle Ricci raconte les menaces de mort qui lui ont fait quitter la Star Ac’

Raphaëlle Ricci raconte les menaces de mort qui lui ont fait quitter la Star Ac’
BelgaImage

C’est l’une des grandes figures de la Star Academy. Raphaëlle Ricci était une professeure d’expression scénique respectée dans la célèbre émission de TF1. Ce mardi 5 mai 2020, elle a voulu rejoindre certains de ses anciens élèves pour une discussion sur Instagram, dont Jean-Pascal Lacoste et Sidoine. Au cours de celle-ci, et comme le relate « Télé-Loisirs », elle s’est confiée sur son vécu, qui n’a pas toujours été rose, loin de là.

Des intimidations de plus en plus pesantes

L’ancienne professeure décrit ainsi des moments très tendus, allant jusqu’à la menace de mort. « Pour les gens, comme je le raconte à mes élèves aujourd'hui, j’étais une professeur très méchante. J'ai reçu des menaces. Au fil des ans, cette émission avait pris tellement d’ampleur, médiatiquement parlant, que ça a été très compliqué à gérer. J'avais des crottes de chiens dans ma boite aux lettres, des gens venaient devant chez moi », raconte-elle.

Une fois arrivée à la septième saison, c’en était trop pour elle. Les menaces étaient si sérieuses que des gardes du corps la protégeaient et la tension était à son comble. Elle a donc décidé de mettre un terme à sa participation à la Star Academy. « J’ai dit que ce n’était pas possible pour moi d’envisager que des gens puissent avoir envie de me tuer. Ils ne seraient certainement pas passés à l’acte mais quand la production décide de te mettre des gardes du corps à disposition 24 heures sur 24 c’est que ça devait être grave. Et encore la production ne m’avait pas donné tous les détails. Ça c'était le pire de l’émission », dit-elle.

Malgré tout, elle précise qu’elle est heureuse d’avoir pu faire « des choses magiques » lors de l’émission. Cela lui a même ouvert d’autres portes, lui permettant de s’investir dans des projets qu’elle rêvait de faire. Aujourd’hui, bien loin du tumulte des années 2000, elle dit ne « plus être reconnue » dans la rue.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern