Un Belge personnalise sa plaque d’immatriculation «COVID-19»: «Gardez un mètre et demi de distance avec ma voiture»

Un Belge personnalise sa plaque d’immatriculation «COVID-19»: «Gardez un mètre et demi de distance avec ma voiture»
Capture d’écran Twitter @stijnvlaeminck

On pourrait croire à une image truquée, mais ce n’est pas le cas ! Comme le SPF Mobilité et Transports l’a confirmé à la RTBF, un habitant de Wetteren, en Flandre, a bien fait faire une plaque d’immatriculation personnalisée « COVID-19 ».

Cette Mercedes personnalisée par un jardinier flamand a rapidement fait le tour des réseaux sociaux après qu’un internaute l’a repérée sur les routes et posté une photo sur Twitter. « Je n’ai pas de comptes sur les réseaux sociaux, c’est par des amis et des connaissances que j’ai été informé », raconte au Nieuwsblad le propriétaire du véhicule, qui a payé 1000 euros pour obtenir sa plaque personnalisée.

Les internautes n’ont pas tardé à réagir à l’immatriculation originale, certains y voyant un manque de respect pour les victimes du coronavirus, et d’autres du gaspillage d’argent. Pour l’automobiliste flamand, ce n’est pas une surprise : « Bien sûr, je savais que je pouvais m’attendre à certaines réactions. Et qu’elles seraient souvent négatives. Mais ce n’est pas mon intention de choquer ». « Je veux être très clair : je ne ris pas avec la crise actuelle. Et je ne veux certainement pas manquer de respect aux victimes ou à leurs proches. Cette crise touche tout le monde », a tenu à préciser le trentenaire flamand.

Pour lui, c’était plutôt une façon humoristique de faire référence aux mesures de distanciation sociale mise en place avec la crise du coronavirus, pour faire comprendre aux autres voitures qu’elles doivent « garder un mètre et demi de distance » avec la sienne. Autrement dit : « Ne vous approchez pas de ma voiture et gardez vos distances, quelque chose comme ça ».

Et puis cette plaque d’immatriculation n’a rien d’illégal en soi. « Il n’y a rien de diffamant, de raciste ou d’homophobe dans ce cas-ci », explique à la RTBF Charlotte van den Branden, porte-parole du SPF Mobilité et Transports. « Rien n’interdirait une personne d’immatriculer son véhicule GRIPPE. Donc, a priori, pas d’opposition à ‘COVID-19’. C’est un choix personnel qui n’est pas plus décalé que les plaques ‘HI HI HI’ ou ‘HA HA HA’, qui existent vraiment », a-t-elle souligné.

« Je suis vraiment conscient de la sensibilité. Mais je me résigne à cela. Cette plaque d’immatriculation divisera les gens : certains verront la blague et d’autres non. Ainsi soit-il », a conclu, pour sa part, le propriétaire flamand de la Mercedes rebaptisée « COVID-19 ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern