Stib, TEC, police: les services belges dansent et chantent pendant le confinement (vidéos)

Stib, TEC, police: les services belges dansent et chantent pendant le confinement (vidéos)
Capture d’écran Youtube

Dans le monde entier, on peut voir des policiers animer les rues. A Andorre, ils dansent dans toute la ville sur « Baby Shark ». En Inde, à Bangalore, des policiers revêtent des casques en forme de coronavirus. Les exemples sont encore nombreux et cela a donné des idées en Belgique.

De la chanson des Restos à « Can’t Stop the Feeling »

Les derniers en date, ce sont les policiers du Brabant wallon. En adaptant la chanson des Restos du Cœur, ils appellent, en musique, la population à reste chez elle : « Aujourd'hui, on n'a pas le choix que de rester confinés chez soi [...] C'est clair que ce n'est pas évident toutes ces mesures de confinement. On compte sur vous pour nous aider, et tous ensemble on va y arriver », chantent-ils.

La semaine dernière déjà, le TEC a inventé un challenge : défier ses employés de se dandiner dans leurs véhicules pour faire rire le public. A tour de rôle, les différents conducteurs de bus se prêtent au jeu et dansent devant la caméra avant de mettre ça sur les réseaux sociaux. Une page Facebook a même été créée à cet effet : Challenge TEC Covid-19.

Cette semaine, c’est au tour de la Stib d’adopter cette mode. Sur le même modèle que le TEC, elle crée son propre challenge et organise même une vidéo spéciale sous le signe de la bonne humeur avec la chanson de Justin Timberlake « Can’t Stop the Feeling ». On les voit aussi danser tout en conduisant leurs véhicules ou en les nettoyant. « Les collaborateurs de la Stib sont encore et toujours prêts à transporter ceux et celles qui prennent soins de nous. Mais cela n'empêche pas nos conducteurs et nos chauffeurs de garder leur bonne humeur et leur motivation ! Après que les collègues du TEC aient donné le bon exemple, nous relevons aussi le défi : danser pour se donner du courage en cette période de confinement », communique la Stib qui invite la SNCB et De Lijn à adopter cette positive attitude.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Voltaire, un jeune intenable!

    Ouverture (RTBF)

    Thomas Solivérès incarne le philosophe au début de sa vie. Très tôt celui qui brigue la gloire, les femmes et l’argent bouscule les conventions, en maître de la pensée.