Après les attaques publiques, Kanye West s’excuse auprès de Kim Kardashian: «Je sais que je te blesse»

BelgaImage
BelgaImage

« Je voudrais présenter mes excuses à ma femme Kim pour avoir parlé publiquement de ce qui aurait dû rester une problématique privée » : avec ces quelques mots, Kanye West tente de se racheter auprès de son épouse après une salve de propos controversés dans lesquels il s’est montré très dur envers Kim Kardashian. Et pour cause, en pleine campagne pour le poste de président des États-Unis, Kanye West n’hésite pas à faire entrer sa vie privée dans le débat.

>Kanye West dit «tenter de divorcer» de Kim Kardashian et hésite à reporter ses ambitions présidentielles

Lors de son premier meeting, il a notamment évoqué une discussion sur l’avortement qu’il a eue avec Kim Kardashian lorsque celle-ci était enceinte de leur premier enfant : « J’ai failli tuer ma fille », a lancé Kanye West, faisant étalage d’une conversation hautement privée. Sur les réseaux sociaux, il avait également accusé Kim K. de vouloir « l’enfermer » en raison de son état de santé mentale.

>Kim Kardashian évoque la bipolarité de Kanye West et demande «compassion et empathie»

De son côté, Kim Kardashian avait demandé publiquement aux médias et à la société, le 22 juillet dernier, de faire preuve d’indulgence à l’égard de son mari, diagnostiqué bipolaire depuis plusieurs années et visiblement en proie, ces dernières semaines, à un épisode de détresse et de souffrance, comme l’écrit le Huffington Post. Toujours est-il que sur Twitter, Kanye West a fait amende honorable ce 25 juillet : « Je ne l’ai pas protégée comme elle m’a protégé. Kim, je veux te le dire : je sais que je te blesse. S’il te plaît, pardonne-moi. Merci d’avoir toujours été là pour moi ».

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern