Lady Gaga évoque ses «problèmes mentaux»: «Je ne peux pas toujours contrôler ce que fait mon cerveau»

Lady Gaga évoque ses «problèmes mentaux»: «Je ne peux pas toujours contrôler ce que fait mon cerveau»
©DDP

Dans une interview pour Apple Music Radio, Lady Gaga est revenue sur la sortie de son sixième album, « Chromatica », sorti le 29 mai dernier. Elle en a profité pour s’expliquer un peu sur le nouveau titre « 911 », qui parle d’un antipsychotique que la chanteuse de 34 ans prend depuis de nombreuses années.

« Je sais que j’ai des problèmes mentaux et je sais qu’ils peuvent parfois me faire devenir un humain dysfonctionnel », a d’abord confié l’interprète de « Poker Face », avant d’expliquer que ces problèmes psychologiques étaient dus à une période très difficile de sa vie. « J’ai été violée quand j’avais 19 ans, de manière répétée. C’était l’une des pires choses qui ne me soient jamais arrivées », a-t-elle raconté, précisant qu’elle avait alors « développé un syndrome de SSPT (trouble de stress post-traumatique, ndlr) car je n’ai pas assez pris en compte ce traumatisme ». « Mon plus grand ennemi, c'est moi. [...] Je ne peux pas toujours contrôler ce que fait mon cerveau. Je dois donc prendre des médicaments pour freiner le processus » a aussi expliqué la star, dans des propos repris par RTL.

Lady Gaga est donc sous traitement médicamenteux, sans lequel elle tomberait « dans cette spirale [néfaste] très fréquemment ». Elle va d’ailleurs mieux depuis qu’elle est suivie, et voudrait que ce ne soit pas vu comme un crime de prendre des médicaments pour traiter des troubles mentaux. « Beaucoup de gens sont effrayés par ces médicaments. J’aimerais vraiment effacer cette stigmatisation autour de ça », a-t-elle déclaré, toujours dans la même interview.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern