Et si les Belges donnaient leurs cheveux pour arrêter la marée noire de l’île Maurice?

Et si les Belges donnaient leurs cheveux pour arrêter la marée noire de l’île Maurice?
BelgaImage

L’idée paraît un peu folle mais elle est tout à fait sérieuse. Pour contrer la marée noire provoquée par le naufrage du Wakashio à l’île Maurice, des associations ont trouvé une solution qui pourrait limiter les dégâts : les cheveux. Depuis plusieurs jours en effet, les Mauriciens sont invités à se défaire de leurs chevelures pour garnir des boudins de mer et ainsi retenir le pétrole. Seraient-ils à court de matériel ? Pas du tout ! Il y a de bonnes raisons pour avoir recours à cela, et les Belges peuvent aussi participer.

Se couper les cheveux en quatre pour sauver la planète !

En réalité, le cheveu a une propriété qui le rend très intéressant : il est à la fois hydro-phobique et lipophile. Autrement dit, il retient les huiles sans retenir l’eau. « Si on fait des shampooings, c’est bien parce que les cheveux attirent la graisse », explique d’ailleurs Phil McCrocy, un coiffeur de l’Alabama qui a inventé cette technique lors du naufrage de l’Exxon Valdez, en 1989 en Alaska. C’est donc exactement ce qu’il faut dans le cas d’une marée noire telle que celle de l’île Maurice. En mettant des boudins de cheveux en mer, ceux-ci vont filtrer l’océan et retenir un maximum du pétrole qui s’échappe du navire. Un kilo de ce précieux matériau peut ainsi retenir jusqu’à huit kilos d’hydrocarbures.

« Quelle que soit sa nature - frisé, crépu, raide... -, le cheveu a la même qualité. C’est un trésor délaissé », regrette auprès de l’Obs Thierry Gras, président de l’association « Coiffeurs Justes ». C’est pourquoi cette dernière recueille ce bijou méconnu qui peut servir à plusieurs utilisations. En l’occurrence, les stocks doivent être envoyé à l’île Maurice. « Nous demandons aux acteurs en place et aux ministères référents de pouvoir faire parvenir 20 tonnes de cheveux avec les différents matériaux afin de fabriquer rapidement des boudins à cheveux pour dépolluer les sites ! », a d’ailleurs déclaré Thierry Gras par communiqué.

En plus des Mauriciens qui se mobilisent pour donner leurs précieux cheveux, les Français et les Belges peuvent faire de même via l’association « Coiffeurs Justes ». Pour cela, il suffit de se rendre dans un des salons de coiffures membres de l’association. Si le mouvement est moins présent dans le plat pays qu’outre-Quiévrain, il est possible de le retrouver sur tout le territoire de la Belgique francophone, que ce soit dans la capitale, dans le sillon Sambre-et-Meuse ou dans quelques localités des Ardennes.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern