Des otaries utilisées pour tracter des enfants à Huy : l’indignation prend de l’ampleur (vidéo)

832eeb4f6078748a289ed2962f549c05-1597394360
Capture d’écran Twitter

Ces derniers jours, une vidéo a fait beaucoup parler d’elle sur internet et l’action a lieu en Belgique, dans le parc Mont Mosan de Huy pour être exact. Le 7 août dernier, le collectif « C’est assez », engagé dans la « lutte contre les massacres et la captivité des cétacés », a publié ces images où l’on voit une otarie tracter des enfants placés sur une petite barque à l’aide d’un anneau placé autour du cou. Après avoir fait parler en Belgique, plusieurs médias français ont relayé l’information qui est devenue virale.

Un demi-million de vues

Selon le Parisien, la vidéo en question a été vue plus de 500.000 fois depuis sa publication où il était écrit « La bêtise n’a pas de limites ! Des otaries qui tractent des enfants, ça n’a rien d’amusant ! ». « Nous souhaitons voir le Mont Mosan cesser cette activité qui participe au mal-être des animaux captifs. Les otaries sont des êtres sensibles et n’ont pas à être attachées par le cou pour tracter des enfants ! », a également déclaré Christine Grandjean, la présidente de l’association, à La Meuse, tout en précisant que « le but n’est pas de faire fermer le parc ».

Le collectif avait ainsi invité les internautes à prendre contact avec le parc pour dénoncer une telle utilisation des otaries. Manifestement, cet appel a été même un peu trop soutenu puisque quelques jours après, « C’est assez » a communiqué un deuxième message pour calmer le jeu : « Nous vous remercions de rester courtois lorsqu’il s’agit d’interpeller un parc. Nous ne cautionnons pas les activités de ce parc mais nous ne cautionnons pas non plus la violence verbale, contraire à nos valeurs ».

Des points de vue radicalement opposés

Face à cette déferlante de critiques sur le Mont Mosan, le directeur, Jean-Marc Vanberg, a été amené à répondre. Il atteste en effet d’attaques très violentes à son égard, comme il le dit à 7sur7 : « C’est de la folie furieuse ! Ces derniers jours ont été affreux. Les gens n’ont pas de limite. J’ai reçu des messages d’insultes, des menaces de mort ».

Mais selon lui, il n’y a rien de choquant dans la vidéo partagée par le collectif. « Les otaries ne sont pas maltraitées. Cette activité existe depuis 35 ans dans notre parc. Les otaries ne sont pas attachées, elles viennent chercher d’elles-mêmes un anneau relié par un fil à un petit bateau, elles mettent ensuite cet anneau dans leur bouche ou autour de leur cou », riposte-il, ajoutant qu’elles peuvent lâcher l’anneau quand bon leur semble et que le poids tracté « n’est pas très lourd » au vu du leur propre masse, soit 250-300 kilos pour une otarie. Jean-Marc Vanberg envisagerait de porter plainte contre « C’est assez ».

Déjà en 2018, le parc s’était attiré les critiques d’une association l’ASBL Wolf Eyes. Cette dernière dénonçait alors le chlore utilisé dans les bassins, ce qui amènerait les otaries et les phoques du Mont Mosan à devenir aveugles. Déjà à l’époque, le directeur avait nié la présence d’un quelconque problème  : « C’est vrai qu’il y a du chlore dans les bassins, mais en quantité minime. Tous les parcs travaillent d’ailleurs de la même façon », avait-il alors déclaré à la DH.