Quand Nicolas Sarkozy associe «singe» et «nègre» dans «Quotidien» (vidéo)

Quand Nicolas Sarkozy associe «singe» et «nègre» dans «Quotidien» (vidéo)
BelgaImage

Il semble peu probable qu’il ne sache pas la polémique que cela déclencherait. Mais pourtant, il l’a fait ! Ce jeudi 10 septembre, Nicolas Sarkozy, invité du jour de l’émission « Quotidien », s’est lancé dans une association d’idées extrêmement sensible. En voulant dénoncer le fait que l’on ne pourrait plus dire certains mots au risque de paraître insultant, celui-ci a pris un exemple : les mots « singe » et « nègre ». La réaction, surtout à gauche, a été immédiate.

Une vague de protestations

Dans ce passage de l’émission, l’ancien maire de la riche commune de Neuilly-sur-Seine fustige d’abord « les élites qui se pincent le nez », avant d’ajouter que ceux-ci sont « comme des singes qui n’écoutent personne », en référence aux singes de la sagesse de la culture asiatique. Puis là, il marque une pause avant d’enchaîner en changeant complètement de sujet : « Alors je ne sais plus si on a le droit de dire singe. Parce qu’on n'a plus le droit de dire les… », dit-il en laissant passer un léger rire. « On dit quoi ? Les dix petits soldats maintenant, c’est ça ? Elle progresse la société », critique-t-il en reprenant le titre du livre d’Agatha Christie « Les dix petits nègres ». Au même moment, on voit un des chroniqueurs, Etienne Carbonnier, désapprouver de la tête. « On n’a plus le droit maintenant. On devrait avoir le droit de dire singe sans insulter personne », ajoute l’ancien président avant de repartir sur la thématique des élites.

Du côté de la gauche notamment, les protestations sont nombreuses. Parmi celles-ci, l’une des plus notables est celle de la députée LFI Danielle Obono, caricaturée il y a quelques jours sous l’apparence d’une esclave de la traite transatlantique dans Valeurs actuelles, journal généralement classé à l’extrême-droite. « Nicolas 'On-Peut-Pu-Rien-Dire' Sarkozy, petit ex-président de la République française, grand inspirateur de la droite/droite extrême/extrême-droite décomplexées », écrit-elle. « Ainsi donc un ancien président de la République française associe spontanément les singes aux "nègres"... le racisme sans masque », critique de son côté le première secrétaire du parti socialiste, Olivier Faure. Parmi les autres personnalités qui se disent écœurées par les déclarations de l’ancien président, on trouve aussi par exemple Valérie Trierweiler, ex-épouse de François Hollande.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern