Le bourgmestre de Wellin vilipendé pour avoir cherché un chauffeur pour sa Tesla, il réplique

Le bourgmestre de Wellin vilipendé pour avoir cherché un chauffeur pour sa Tesla, il réplique
BelgaImage

D’habitude, la petite commune luxembourgeoise de Wellin, d’à peine 3.000 âmes, n’est pas vraiment au centre de l’attention. Mais aux dépens de son bourgmestre, Benoît Closson (MR), cela a changé cette semaine. Il y a quelques jours, il lance un appel sur Facebook suite à un petit accident. Rien de grave mais il a besoin d’un bénévole pour devenir son chauffeur et conduire sa « magnifique voiture électrique », une Tesla X. Un message qui a allumé la mèche au point de le faire apparaître dans la presse nationale.

Une demande déplacée ?

Dans la publication originale, le bourgmestre dit ceci : « Votre Bourgmestre s'est déchiré le ménisque (aïe, ça fait très mal) et est dans l'impossibilité de conduire sa voiture durant quelques semaines. Je recherche un(e) genti(le) bénévole disponible et fiable qui aurait envie de piloter une magnifique voiture électrique (Tesla X) et qui pourrait me conduire sur mes lieux de rendez-vous ».

La demande lui semble banale, mais pour une partie des internautes, demander à quelqu’un de se dévouer pour ses déplacements sans rien gagner et ce alors qu’il possède une voiture de près de 90.000€, ça ne passe pas. Face à la violence des réactions, Benoît Closson a décidé de retirer son message.

Entre défense et attaque

Mais trop tard, le mal est fait et l’information commence à être reprise ailleurs, et ce même dans quelques titres de la presse nationale. Il a finalement décidé de répondre, à la fois dans La Libre/La DH et sur Facebook. Dans la presse, il reconnaît une « erreur de communication ». « C'était une publication destinée à mes amis, je ne demande pas à quelqu'un que je ne connais pas de me rendre ce service. Alors oui je comprends que ceux qui ne me connaissent pas soient choqués. Les apparences peuvent laisser croire que je suis plein de fric mais c'est faux. J'ai acheté cette voiture lorsque je n'étais pas bourgmestre. Je gagne beaucoup moins bien ma vie depuis que j'exerce ce mandat, je ne suis pas riche et je n'ai pas les moyens de payer un chauffeur. Je le répète c'était une demande pour mes amis », se défend-t-il.

Ce ton très apaisant n’est pourtant pas celui qu’il adopte sur Facebook. Dans un nouveau message, il est beaucoup plus ferme. « Ce qui est odieux, c'est l'exploitation politique de mon post dans lequel je sollicitais votre aide pour me conduire sur mes lieux de rendez-vous. Un journaliste du PTB du magazine numérique "Solidaire" a partagé mon post en le commentant de manière féroce en me faisant passer pour un horrible politicard réactionnaire capitaliste et cumulard », s’énerve-t-il. « La solidarité et la compassion, il n'en n'a aucune à mon égard. C'est évidemment son droit. Juger sans connaître, sur base de l'image extérieure et superficielle, sur base de l'étiquette politique, c'est pas très glorieux. Quand en plus, c'est pour salir une personne, c'est complètement dégoutant », dit-il avant de se défendre en présentant tous les sacrifices qu’il a dû faire dans sa vie pour devenir bourgmestre, y compris financiers.

L’histoire ne dit pas par contre si avec une telle visibilité, Benoît Closson a pu trouver un bénévole pour l’aider dans sa mission de bourgmestre.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern