A cause d’une fuite, Jean-Pierre Pernaut forcé d’annoncer son départ «en catastrophe»

A cause d’une fuite, Jean-Pierre Pernaut forcé d’annoncer son départ «en catastrophe»
BelgaImage

C’est une nouvelle qui était pour le moins inattendue et comme l’a révélé Jean-Pierre Pernaut, c’est un peu normal. Présent hier sur le plateau de « Quotidien », il a révélé que sa décision de partir de TF1 était « mûrement réfléchie » mais un imprévu a un peu précipité le calendrier de cette annonce.

Une fuite d’origine inconnue

Lorsqu’il arrive devant Yann Barthès, ce dernier lui fait d’emblée remarquer un fait qui lui semble étrange. Faire cette déclaration quelques jours après la rentrée, c’est un peu bizarre. Au début, Jean-Pierre Pernaut a l’air de nier le fait avant de changer de position. Oui, en effet, il y a eu un petit souci.

« On en parlait déjà à la fin du printemps [du départ].Au mois de juin, j’avais décidé d’arrêter. On en a discuté pour savoir comment on allait faire, comment on allait l’annoncer, quand, etc. On voulait annoncer ce départ tranquillement, d’abord à nos équipes, aux correspondants et à la rédaction de TF1 sans doute d’ici une quinzaine de jours », raconte-il d’abord. « Et puis il y a une journaliste du Figaro qui a eu l'info. On ne sait pas comment, car on était quatre ou cinq à être au courant. On a donc prévenu en catastrophe la rédaction de TF1. C’est cette fuite qui nous a fait avancer un peu l’information mais on a respecté ce que je voulais faire ».

Yann Barthès, intéressé par cette histoire, a beau demander « où est la balance », le présentateur de TF1 ne sait pas quoi dire. « Je n’en sais rien du tout mais à mon avis, il y en a une quelque part », répond-il. « Mais on a gardé le secret pendant trois mois, c’est déjà pas mal ».

L’influence du confinement sur son choix

Jean-Pierre Pernaut en a aussi profité pour décrire les termes exacts de son départ. « J’ai toujours dit que j’arrêterai quand je n’aurais plus la pêche. Aujourd’hui, j’ai la pêche mais je pense qu’à 70 ans, on peut s’arrêter quand tout va bien. Parce qu’après, ça peut descendre. Donc à quoi bon attendre ? Autant permettre à quelqu’un de s’installer maintenant et à la télé, personne n’est irremplaçable donc c’est parfait ».

S’il nie que des soucis de santé, comme son cancer de la prostate qu’il a eu il y a deux ans, aient pu jouer un rôle, il avoue de le confinement a joué un rôle. « Le confinement, ça amène à réfléchir, à se poser des questions sur l’avenir et sur des tas de choses. Donc avec ma femme, on a beaucoup discuté et on a fêté mes 70 ans à quatre à la maison. Et on s’est dit "et si j’arrêtais". Nathalie m’a dit de profiter un peu. Se lever à six heures du matin tous les matins, ça peut devenir compliqué dans les années qui viennent donc autant arrêter maintenant », confie-t-il. En tout cas, sur le rôle de TF1, il est formel : la direction n’était pas dans l’optique de le voir partir toute suite, celle-ci lui disant plutôt « Non allez, continue, t’es en pleine forme, va bosser ». Enfin, quand Yann Barthès lui demande ce qu’il pense des théories du complot à propos de son départ, il répond simplement : « On peut imaginer des tas de choses. C’est une décision que j’ai prise et on s’est mis d’accord. C’est mûrement réfléchi depuis des mois ».

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern