PPDA juge que TF1 a été plus «compréhensive» avec Jean-Pierre Pernaut qu’avec lui et Claire Chazal (vidéo)

PPDA juge que TF1 a été plus «compréhensive» avec Jean-Pierre Pernaut qu’avec lui et Claire Chazal (vidéo)
BelgaImage

En 2008, l’affaire avait fait grand bruit. Patrick Poivre d’Arvor (alias PPDA) quittait du jour au lendemain la présentation du journal de TF1, et ce contre sa volonté. Aujourd’hui, autre personne mais aussi autre contexte : Jean-Pierre Pernaut annonce partir mais sans scandale à l’horizon. Interrogé à ce sujet dans l’émission « C à vous » ce mardi, PPDA constate cette différence de traitement et a son idée sur la manière dont s’est organisé ce départ.

Une annonce qui ne surprend pas PPDA

Si PPDA retient une chose de cette récente annonce, c’est bien le fait que la direction de TF1 a décidé cette fois de prendre des gants pour organiser le départ de Jean-Pierre Pernaut. « Je pense qu'il a eu affaire à une direction plus intelligente, enfin… compréhensive », dit-il tout d’abord. « Ils ont dû discuter avant, je ne suis pas dans le secret [mais] ils ont dû lui dire : "C'est toi qui va annoncer ton départ, ce qui est quand même plus glorieux, et puis on va te prendre du temps, on ne va pas faire ça sur un coin de table", comme ça c'était passé me concernant. Je pense que de ce point de vue, ils ont tiré des leçons, je trouve. Et puis c'est bien, parce que Claire Chazal avait été virée dans des conditions qui n'étaient pas bien dignes non plus ».

Quand il lui est demandé s’il a été surpris du départ de Jean-Pierre Pernaut, PPDA répond plus ou moins par la négative, sachant que cela « devait arriver ». « En plus il avait eu quelques soucis de santé, donc il en avait exprimé le désir. Et voilà, les choses finissent par se faire », conclut-il.

Des précédents bien plus houleux

Il est vrai que la différence entre le départ de Jean-Pierre Pernaut et ses deux anciens collègues ont de quoi frapper. En 2008, aucune raison n’a été vraiment donnée pour expliquer le départ de PPDA. Ce dernier estime alors que son interview de Nicolas Sarkozy n’y est pas étrangère, alors que celui-ci est devenu président depuis peu. Des années plus tard, le président-directeur de TF1 à l’époque, Patrick Le Lay, a simplement évoqué une « faute » du journaliste, sans autre précision.

En 2015, aucune explication n’avait été donnée non plus à Claire Chazal lorsqu’elle a été invitée à partir. « Je ne crois pas que ce soit mon âge qui a motivé mon départ », a-t-elle plus tard déclaré à Télé-Loisirs. « Pour dire les choses clairement, il n’y avait aucun motif professionnel dans cette décision. C’est une décision personnelle du président de TF1, c’est tout. Cela étant, je savais bien que ça allait arriver un jour ». Les observateurs avaient noté à l’époque des audiences en berne pour les journaux de la présentatrice et un style journalistique affaibli par rapport à d’autres comme Anne-Claire Coudray.

Quant à Jean-Pierre Pernaut, celui-ci a annoncé préparer « un nouveau grand magazine sur les richesses infinies de notre terroir ». « Un nouveau programme digital où je vous retrouverai régulièrement comme dans une nouvelle émission qui me ressemblera sur LCI », dit-il. Son départ a été salué à la fois par PPDA et Claire Chazal. « C’est la fin d'une époque incontestable de gens qui déjeunaient ou dînaient avec nous […] Il a fait découvrir des campagnes qui étaient un peu oubliées, même parfois moquées par Paris », a annoncé le premier à franceinfo.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern