La Pologne met à l’honneur une statue de Jean-Paul II représenté en «titan» surhumain

La Pologne met à l’honneur une statue de Jean-Paul II représenté en «titan» surhumain
BelgaImage

Depuis ce mois-ci, l’entrée du musée national de Varsovie est parée d’une sculpture pour le moins inhabituelle. On y voit Jean-Paul II, l’air vindicatif et les sourcils froncés, portant une énorme pierre tel Atlas dans la mythologie grecque, tout ça au-dessus d’un énorme bassin d’eau à la couleur rouge sang. A priori, on est très loin du caractère apaisant de l’ancien pape. Qu’importe ! Pour le sculpteur, Jerzy Kalina, il est surtout question de défendre le catholicisme, et tant pis si sa représentation utilise un registre quelque peu agressif.

Une réponse qui sonne comme une revanche

Pour comprendre cette réalisation, il faut ajouter un élément de contexte. En 1999, une statue avait fait grand bruit. On y voyait Jean-Paul II (à l’époque, il était encore vivant) écrasé par une météorite. L’œuvre, réalisée par Maurizio Cattelan, avait été dénommée la « Neuvième Heure » (la Nona Ora), en référence à l’heure de la mort du Christ. Sans surprise, la sculpture avait créé un tollé qui a connu un summum lors de son exposition à Varsovie. Deux législateurs polonais avaient alors vandalisé la statue en retirant la pierre et en tentant de redresser le pape.

Loin de se contenter de cela, un appel a été émis par des parlementaires polonais pour obtenir la démission de la directrice du musée, Anda Rottenberg, accusée d’être une juive opposée à la restauration de l’identité nationale catholique de la Pologne. Malgré le soutien du président de l’époque à cette femme en prétextant que l’œuvre représentait le poids des responsabilités du pape, Anda Rottenberg a choisi la démission après de multiples menaces.

Une statue tournée en dérision

Près de 20 ans plus tard, alors que la Pologne est dirigée par un gouvernement conservateur et fête les 100 de Jean-Paul II, il semble que les ultra-catholiques polonais ont la dent dure. Le musée national de Varsovie ne contredit d’ailleurs pas cela en décrivant l’œuvre de Jerzy Kalina : « Pour Kalina, Jean-Paul II n'est pas un vieil homme impuissant écrasé par une météorite, mais un titan d'une force surhumaine. […] L'artiste lui-même perçoit le pape comme un homme qui a joué un rôle crucial dans l'histoire récente de la Pologne et de l'Europe et a mis en marche un processus de transformation historique, sociale et spirituelle ». Plusieurs médias comme le Guardian notent par contre que le rôle du pape dans plusieurs scandales de l’Eglise, notamment celui des affaires d’abus sexuels, est complètement passé sous silence.

Pour des critiques d’art qui se sont exprimés à ce sujet, il s’agit d’une représentation quelque peu grotesque de la nouvelle ligne politique conservatrice du gouvernement. Les internautes, quant à eux, s’y sont donnés à cœur joie. Une fois, ils représentent la statue comme un passager d’avion tentant péniblement de mettre la pierre dans un compartiment bagage. D’autres ont fait un montage où on voit le pape, gigantesque et menaçant, au-dessus d’une foule en train de le fuir.

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern