La chanson «Baby Shark» utilisée pour torturer des prisonniers des heures durant (vidéo)

La chanson «Baby Shark» utilisée pour torturer des prisonniers des heures durant (vidéo)
BelgaImage

Sur Youtube, elle fait un carton avec presque sept milliards de vues. Mais dans les prisons, la chanson pour enfants « Baby Shark » est beaucoup moins populaire. Pire : des détenus la détestent tellement que cela a donné une idée à deux gardiens d’une prison de l’Oklahoma, dans le Midwest américain. Inspirés par le son incroyablement répétitif de cette comptine, ils ont commencé à s’en servir pour « torturer » les prisonniers.

Une méthode « cruelle et inhumaine »

C’est ainsi qu’en novembre et décembre 2019, ces deux hommes, âgés de 21 ans, ont mis en place leur infernale machination. Ils ont alors pris cinq prisonniers qui les avaient « énervés », les ont enchaînés debout face au mur, les mains menottées, et ils ont mis le son à fond… en boucle pendant des heures. La technique, pour le moins habituelle, a été justifiée comme étant une solution novatrice pour punir ces détenus. Mais ils ne se sont pas arrêtés là ! Car ils ont aussi eu l’initiative de faire passer le morceau au beau milieu de la nuit, parfois jusqu’à deux heures d’affilée. Un véritable supplice pour les victimes !

Mais depuis, l’affaire est remontée jusqu’aux oreilles de l’appareil judiciaire qui n’a pas vraiment apprécié cette nouvelle façon de gérer une prison. Les deux gardiens ont été inculpés pour avoir agi « conjointement, volontairement et à tort » de « manière cruelle et inhumaine ». Ils risquent près d’un an de prison et une amende de 1.000 dollars. Leur superviseur, de 50 ans, est lui aussi poursuivi car il était au courant de l’affaire mais n’est pas intervenu pour arrêter cette torture. Les deux gardiens ont depuis démissionné et le superviseur est parti à la retraite.

 
  • Diana: son rêve, ses amours, sa tragédie

    La princesse Diana photographiée en 1996.

    La quatrième saison de « The Crown » sera prochainement disponible. La famille Windsor va s’agrandir et accueillir un nouveau personnage : la future épouse du prince Charles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern