La chanson «Baby Shark» utilisée pour torturer des prisonniers des heures durant (vidéo)

La chanson «Baby Shark» utilisée pour torturer des prisonniers des heures durant (vidéo)
BelgaImage

Sur Youtube, elle fait un carton avec presque sept milliards de vues. Mais dans les prisons, la chanson pour enfants « Baby Shark » est beaucoup moins populaire. Pire : des détenus la détestent tellement que cela a donné une idée à deux gardiens d’une prison de l’Oklahoma, dans le Midwest américain. Inspirés par le son incroyablement répétitif de cette comptine, ils ont commencé à s’en servir pour « torturer » les prisonniers.

Une méthode « cruelle et inhumaine »

C’est ainsi qu’en novembre et décembre 2019, ces deux hommes, âgés de 21 ans, ont mis en place leur infernale machination. Ils ont alors pris cinq prisonniers qui les avaient « énervés », les ont enchaînés debout face au mur, les mains menottées, et ils ont mis le son à fond… en boucle pendant des heures. La technique, pour le moins habituelle, a été justifiée comme étant une solution novatrice pour punir ces détenus. Mais ils ne se sont pas arrêtés là ! Car ils ont aussi eu l’initiative de faire passer le morceau au beau milieu de la nuit, parfois jusqu’à deux heures d’affilée. Un véritable supplice pour les victimes !

Mais depuis, l’affaire est remontée jusqu’aux oreilles de l’appareil judiciaire qui n’a pas vraiment apprécié cette nouvelle façon de gérer une prison. Les deux gardiens ont été inculpés pour avoir agi « conjointement, volontairement et à tort » de « manière cruelle et inhumaine ». Ils risquent près d’un an de prison et une amende de 1.000 dollars. Leur superviseur, de 50 ans, est lui aussi poursuivi car il était au courant de l’affaire mais n’est pas intervenu pour arrêter cette torture. Les deux gardiens ont depuis démissionné et le superviseur est parti à la retraite.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.