Blake Jenner admet être coupable de violences conjugales, tout en ripostant à Melissa Benoist

Blake Jenner admet être coupable de violences conjugales, tout en ripostant à Melissa Benoist
BelgaImage

C’est une prise de parole qui s’est faite attendre. Mais ce vendredi, l’acteur Blake Jenner, connu pour avoir joué dans la série « The Glee Project », a fini par déclarer avoir été violent envers Melissa Benoist lors de leur relation en 2015-2016. Cela faisait un an qu’il refusait de reconnaître publiquement ce que celle-ci dénonce depuis novembre 2019. Dans un long message Instagram de six pages, il décrit son état d’âme et ses regrets, sans pour autant se désigner comme seul coupable dans l’histoire.

Un long repenti

Si Blake Jenner ne dit ça que maintenant, c’est selon lui à cause de la honte et de la peur. Il dit avoir beaucoup réfléchi à la « meilleure manière de s’exprimer » avant d’expliquer avoir pris conscience du fait qu’il se devait d’évoquer cette affaire. « J’assume pleinement la responsabilité pour la peine que j’ai infligée à mon ancienne compagne - émotionnellement, mentalement et oui, physiquement », écrit-il maintenant.

Il évoque notamment la fois où il l’a grièvement blessée en lui jetant un téléphone au visage. Dans son témoignage de l’année passée, Melissa Benoist en avait confié la gravité : « L'impact a déchiré mon iris, presque brisé mon globe oculaire, lacéré ma peau et cassé mon nez. Mon œil gauche était tellement enflé qu'il était fermé. Ma lèvre était boursouflée, le sang coulait sur mon visage [...]Quelque chose s'est brisé en moi, ça a été trop loin », disait-elle. « C’est un moment que je vais regretter pour le reste de ma vie », avoue aujourd’hui Blake Jenner. « Elle s’est assise en pleurant et je ne peux qu’imaginer la douleur, la peur et la honte qu’elle a dû ressentir à cet instant. Si je pouvais faire quoique ce soit pour revenir en arrière, je le ferais ».

Plus loin, il insiste pour dire qu’il ne refera « plus jamais les mêmes erreurs » et qu’il « n’arrêtera jamais de faire le travail nécessaire pour s’améliorer dans tous les domaines de sa vie ». « Je suis tellement désolé », ajoute-il, que ce soit à Melissa Benoist mais aussi à « toutes les victimes de violences conjugales et toutes autres formes de violences ».

Enterrer la hache de guerre… ou pas !

Pour autant, Blake Jenner ne veut pas se limiter à de simples excuses. « Sans m’absoudre de quelconque responsabilité, il est important de comprendre qu’il y avait des violences mentales, émotionnelles et physiques infligées des deux côtés », dit-il, évoquant notamment un abus physique traumatisant dans une douche qu’il ne veut pas évoquer plus en détail pour le moment. Il parle aussi de la jalousie supposée de son ex-femme, des rôles qu’il aurait ratés à cause de cela, et des menaces d’automutilation faites par elle « par dépression et peur profonde d'être abandonnée ».

Pour l’instant, Melissa Benoist n’a pas répondu à ce message. Les partisans de cette dernière ont de leur côté dénoncé une tactique de « victim blaming » (« blâme de victime ») dans le but de la décrédibiliser. A noter que Blake Jenner n’a pas non plus évoqué une des accusations de son ex-femme. « J'ai appris ce qu'on ressent lorsqu'on est maintenue au sol et giflée de manière répétitive, frappée si fort qu'on en perd le souffle, traînée par les cheveux sur le trottoir », avait-elle dit. Il a juste évoqué un fait similaire en disant avoir « reçu un coup de poing au visage, ce qui m'a valu un séjour à l'hôpital pour traiter mon nez cassé », dit-il.

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern