Amanaci, le jaguar brûlé au troisième degré devenu symbole des brasiers brésiliens (vidéo)

Amanaci, le jaguar brûlé au troisième degré devenu symbole des brasiers brésiliens (vidéo)
BelgaImage

Normalement, le Pantanal est un havre de paix et de biodiversité. Non loin de la frontière bolivienne, cette écorégion brésilienne a néanmoins elle aussi été touchée par les grands incendies qui ont frappé l’Amazonie cette année. Au milieu des flammes, un jaguar dénommé Amanaci (du nom de la déesse locale de la pluie) a été pris au piège. Il s’en est sorti in extremis en s’abritant dans un poulailler de Poconé, dans l'Etat du Mato Grosso. Une décision qui lui a permis d’en sortir vivant mais ses blessures sont tellement graves qu’il risque de ne jamais revenir à la vie sauvage.

Des blessures aux lourdes conséquences

Il a deux mois, Amanaci a été emmené par hélicoptère jusqu’à l’ONG de protection des félins de l’Institut Nex, à un millier de kilomètres de là. Ses pattes étaient brûlées au troisième degré et un traitement à base de cellules souches a dû être utilisé pour reconstituer les tissus carbonisés. « Le cas d'Amanaci nous a beaucoup touchés, ses blessures étaient horribles, les os étaient exposés », confie à l'AFP Cristina Gianni, fondatrice de l'institut.

Encore plus grave : Amanaci a perdu les tendons qui lui permettaient d’utiliser ses griffes. Et malheureusement, rien ne peut être fait pour les lui rendre. Un dommage irréparable qui a de grandes conséquences puisqu’il lui serait presque impossible de grimper aux arbres ou de chasser. « Elle risque fort de devoir rester en captivité », déplore le vétérinaire.

Amanaci, avec ses pattes désormais bandées, n’est toutefois que l’un des 23 félins blessés accueillis par le centre. Mais la gravité de ses blessures en fait le symbole des terribles incendies qui ont ravagé l’Amazonie et des animaux qui y ont succombé. Près de 23% du Pantanal sont partis en fumée cette année, renforçant la grogne contre le président d’extrême-droite Jair Bolsonaro qui nie l’importance et la gravité du phénomène. Il est aussi accusé d’avoir volontairement démantelé les agences publiques censées lutter contre les incendies criminels destinés à étendre les terrains agricoles.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.