Les candidates à Miss Univers déshonorées devant Trump: «Il y a des filles qui se sont effondrées après ça» selon Malika Ménard

Les candidates à Miss Univers déshonorées devant Trump: «Il y a des filles qui se sont effondrées après ça» selon Malika Ménard
BelgaImage

Donald Trump a une longue histoire avec les concours de Miss. Depuis longtemps, il est un fidèle de ces événements. Ce qui est moins connu, c’est la relation qu’il avait avec les candidates. C’est sur ce point que Malika Ménard, Miss France 2010, s’est attardé. Invitée sur le plateau de Laurent Ruquier ce dimanche 1er novembre, elle a relaté le jour de la rencontre du futur président avec les concurrentes au titre de Miss Univers. Mais comme elle le dit elle-même avec le recul, « ce n’est pas glorieux ».

« On m'a dit 'fais ton regard de salope' »

A ce moment-là, Donald Trump était le patron de l’organisation Miss Univers. Une semaine avant la grande cérémonie, celui-ci est donc venu à la rencontre des candidates. Pour l’occasion, ces dernières ont dû se comporter et se vêtir tout à fait différemment. « Le jour où Donald Trump arrive, on nous a offert, à toutes, une robe ultra-moulante, avec un gros décolleté, les jambes à l'air, enfin la totale, pimpées », explique Malika Ménard. « On nous dit de nous maquiller, de nous coiffer, de mettre la robe et qu’on allait être toutes alignées, les 100, sur le devant de la scène ».

Juste avant qu’il n’arrive, un dernier conseil est donné aux femmes : « On m'a dit 'fais ton regard de salope'. Comme je ne sais pas ce que ça veut dire, je n'ai pas su faire. Il y en a à qui on a demandé d’attraper son regard, sinon elles n’allaient pas être prises. Il y a des filles qui se sont effondrées après ça », continue-t-elle en précisant qu’une fois venu, Donald Trump en a sélectionné cinq. « Avec du recul, ce sont des situations surréalistes, franchement ce n’est pas glorieux », termine-t-elle. Les autres invités de Laurent Ruquier n’en reviennent pas, Michel Boujenah ajoutant même « c'est le marché aux esclaves ». Cette fois-là, Malika Ménard terminera 12e du concours.

Elle n’est pas la seule Miss France à avoir eu une mauvaise expérience avec Donald Trump. Dans Télé Star, Elodie Gossuin avait elle aussi évoqué ses propres mésaventures avec l’homme d’affaires. « Il m'accusait d'être transsexuelle », dit-elle, en précisant qu’il avait repris une fausse rumeur sur elle.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern