«C’est comme ça que l’on fait habituellement aux États-Unis»: Hillary Clinton s’en prend à Donald Trump de manière subtile

Belgaimage
Belgaimage

Bien que Joe Bien ait remporté l’élection présidentielle américaine face à Donald Trump, celui-ci refuse de reconnaître sa défaite. Une attitude qui énerve de nombreux Américains, jusqu’à Hillary Clinton. Ce mardi 10 novembre, l’ancienne secrétaire d’État a fait savoir son mécontentement de manière subtile en publiant sur Instagram la lettre de George H.W. Bush adressée à Bill Clinton lors de son investiture, le 20 janvier 1993, rapporte La Libre.

Aux États-Unis, la coutume veut que le Président sortant adresse un courrier à son successeur, pour lui souhaiter ses vœux de succès. C’est ce qu’avait fait George Bush en écrivant : « Cher Bill, quand je suis entré dans ce bureau à l’instant, j’ai ressenti exactement la même sensation d’émerveillement et de respect que j’avais éprouvée il y a quatre ans. Je sais que tu ressentiras également ces choses-là. Je te souhaite beaucoup de bonheur ici. Je n’ai jamais ressenti cette solitude que d’autres présidents avaient décrite dans le passé. Il y aura des moments très difficiles, rendus encore plus compliqués par les critiques, que tu jugeras peut-être injustes. Je ne suis pas le mieux placé pour te donner des conseils, mais ne laisse pas les critiques te décourager ou te pousser à bout ».

« Tu seras notre président quand tu liras cette lettre. Je te souhaite bonne chance, ainsi qu’à ta famille. Ton succès est désormais le succès de notre pays. Je t’encourage vivement. Bonne chance  », avait-il conclu en s’adressant à Bill Clinton. En accompagnement de la lettre, Hillary Clinton s’en est prise à Donald Trump, sans le nommer directement. « C’est comme ça que l’on fait habituellement aux États-Unis. Depuis le début, les présidents américains ont toujours accepté le choix de leur population et pris part à un transfert de pouvoir pacifique. C’est ce qui rend notre démocratie si unique, et si durable  », a-t-elle écrit sur Instagram, ajoute La Libre.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.