Karima, ex-chanteuse de la Fonky Family, est décédée

Karima, ex-chanteuse de la Fonky Family, est décédée
Capture d’écran Youtube

Elle était une voix emblématique du rap de la cité phocéenne. Hier soir, c’est donc avec émoi que la scène musicale locale a découvert que Karima était décédée. L’annonce a été faite par Sat l'Artificier, ex-membre des Fonky Family, groupe avec lequel elle avait collaboré, notamment pour le titre à succès « Bad Boys de Marseille ».

Un refrain de légende pour le rap français

C’est donc logiquement avec le refrain de cette chanson que le rappeur a rendu hommage à celle-ci. « Elle était la voix féminine des Bad Boys de Marseille. Karima, merci pour ce refrain légendaire...et tout le reste. Repose en paix », écrit-il sur Twitter. La chanson est emblématique à plusieurs titres. Non seulement elle avait vu le groupe collaborer avec le très populaire Akhenaton, mais elle a surtout permis de lancer la carrière du groupe, au point que la chanson devienne un classique du rap français.

« Elle avait intégré le groupe quand on était dans cette période très funk, parce qu’on voulait des refrains chantés. C’est Pone qui l’avait rencontrée. Elle avait chanté sur un morceau du Rat et de Choa et on avait vraiment accroché à sa voix, donc on lui avait dit que pour nous c’était comme si elle faisait partie du groupe. Et elle était avec nous sur scène ce fameux soir où on a rencontré IAM, ce qui fait qu’elle s’est aussi retrouvée sur Métèque et mat », avait confié Sat L’Artificier à l’Abcdr du son, comme le rappelle la Voix du Nord.

Karima avait aussi travaillé plus étroitement avec Akhenaton sur des morceaux comme « Je ne suis pas à plaindre » ou « Au fin fond d'une contrée », avant de se lancer dans une carrière solo.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern