Le témoignage déchirant d’Elie Semoun sur son père mort d’Alzheimer pendant la crise sanitaire (vidéo)

Le témoignage déchirant d’Elie Semoun sur son père mort d’Alzheimer pendant la crise sanitaire (vidéo)
BelgaImage

Perdre un être cher est déjà difficile à la base. Mais pendant le confinement, c’est encore pire. Circonstance aggravante pour Elie Semoun : il s’agit de son père, qui a vécu ses derniers instants presque seul dans une maison de retraite et avec la maladie d’Alzheimer. Pour l’humoriste, voir son père s’éteindre petit à petit loin de lui a été une véritable épreuve. C’est ce qu’il a expliqué plus en détail hier sur TF1 lors de l’émission « Sept à huit », quelques jours avant la sortie de son documentaire sur le sujet.

« C’est terrible de se dire : "J’ai vécu 50 ans avec lui […] et maintenant je suis un étranger pour lui" »

La journaliste fait d’abord allusion à une phrase d’Elie Semoun où celui-ci se demandait s’il était possible d’être prêt à être oublié par son propre père. Une question à laquelle l’intéressé répond lui-même : « Non, personne n'est prêt à cela, évidemment ». Il évoque ensuite la fois où son paternel l’a oublié pour la première fois. Un moment traumatisant pour lui. « Et là, ça m’a fait un coup », dit-il, alors qu’il pensait qu’il aurait peut-être la chance de ne pas voir ce genre d’oubli arriver. « Il y a deux morts en fait : il y a sa mort physique et puis il y a la mort de sa mémoire, en fait. Donc en quelque sorte, petit à petit, on s’efface dans son esprit. Donc c’est terrible de se dire : "J’ai vécu 50 ans avec lui […] et maintenant je suis un étranger pour lui" ».

L’humoriste est aussi amené à évoquer sa réaction face à ces oublis, ce qu’il a eu du mal gérer. « J’avoue que parfois j’étais un peu injuste avec lui […] Je lui en voulais d’être comme ça […] mais comment on peut en vouloir à quelqu’un qui est malade ? On ne peut pas, ce n’est pas possible. Donc c’était ma façon de réagir à cela ». Pour finir, Elie Semoun revient sur sa critique du confinement qui l’a empêché de voir son père. « Quelqu’un qui a Alzheimer, qui ne sait pas où il est, et qui en plus ne reçoit pas de visite de sa famille […], pour lui ça a été… on l’a abandonné ! Et c’est ce qu’il disait aux infirmières, malgré le fait qu’on pouvait le voir en visio et qu’on l’appelait en Facetime ».

Le 9 décembre prochain, les téléspectateurs pourront en savoir plus sur l’épreuve de la maladie d’Azheimer de son père puisqu’Elie Semoun en a fait un documentaire, diffusé sur la chaîne LCP.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern