Koh-Lanta: l’astuce de la production pour que les candidats ne manquent pas de nourriture

Koh-Lanta: l’astuce de la production pour que les candidats ne manquent pas de nourriture
TF1

La vie est dure à Koh-Lanta ! Il y a une semaine, juste avant la finale, un documentaire de C8 en donnait encore la preuve en récoltant les témoignages des candidats qui doivent survivre le ventre presque vide. Mais les aventuriers peuvent encore s’estimer heureux, selon les révélations faites par le magazine Society qui consacre ce jeudi son nouveau numéro sur les secrets de Koh-Lanta. Si la production ne faisait pas un minimum pour les aider, ce serait pire encore, et il n’est pas question ici de la traditionnelle ration en riz. Car oui, la production de l’émission aide un peu les candidats avec la nourriture pour qu’ils puissent passer 40 jours sans encombre, mais pas directement.

Au pays de l’illusion

Comme le révèle l’enquête de Society, pour les besoins du programme, il faut bien avoir le strict nécessaire, à savoir de l’eau courante et de l’électricité. Mais ça n’est pas vraiment destiné aux candidats, mis à part avec le puits habituel. Par contre, ils bénéficient d’une astuce pour le moins subtile. La production s’arrange en effet pour « importer des noix de coco à proximité des campements ou planter du manioc au petit matin, que les aventuriers s'extasieront de découvrir miraculeusement alors qu'ils étaient déjà passés par là la veille », selon Society. Autrement dit, sans cela les candidats ne trouveraient quasi rien à manger. Un strict minimum pour que la magie de l’émission soit sauvegardée tout en les aidant à aller jusqu’au bout de l’aventure. Encore faut-il pouvoir dénicher le manioc, ce qui n’est pas toujours facile pour de nombreux aventuriers.

A part cela, Society révèle entre autres un autre point sur lequel la production intervient. Il pourrait paraître en effet étonnant que TF1 arrive à dénicher des îles parfaitement désertes, sans qu’aucun habitant des environs n’apparaisse à l’écran. En réalité, c’est une illusion. Les candidats ne sont parfois pas si éloignés de la civilisation, mais tout est fait pour faire croire que c’est le cas, comme le raconte une des journalistes de Society, Emmanuelle Andreani. « En coulisses, il y a tout un énorme barnum de 100 personnes sur place, ce sont des mois de préparation. Un régisseur nous expliquait qu'il fallait parfois mettre en place des cordons de sécurité autour des îles, pour ne pas que des bateaux passent dans le champ, pour donner vraiment la sensation d'île déserte », développe-t-elle. Une technique qui marche manifestement bien puisque les téléspectateurs n’y voient que du feu.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.