Jean-Pascal Lacoste évoque en larmes le mépri du public face à ses problèmes financiers: «Les gens sont des connards»

Jean-Pascal Lacoste évoque en larmes le mépri du public face à ses problèmes financiers: «Les gens sont des connards»
Capture d’écran Twitter

Ce 11 décembre, l’émission de Cyril Hanouna, « Touche pas à mon poste », a comme à l’accoutumée commenté l’actualité des stars. En l’occurrence, le sujet portait sur les malheurs de Mallaury Nataf, qui est de nouveau à la rue. Mais parler de ça a réveillé chez l’un des chroniqueurs, Jean-Pascal Lacoste, des souvenirs douloureux, car lui aussi a connu des moments financièrement très difficiles. Et le public n’a pas toujours été là pour le soutenir, bien au contraire.

« J’en ai chié »

Le chroniqueur évoque d’abord la perte de son contrat de 5.000 euros par mois comme animateur chez TF1, ce qui a signé le début de sa descente aux enfers. « Je devais 185.000 euros aux impôts », dit-il alors que son père venait de décéder. Ce n’est que grâce à un terrain que ce dernier lui avait conseillé d’acheter qu’il a pu « redémarrer à 0 ».

« Puis, j'ai eu un bad, il y a huit ans. Je n’avais rien », dit-il. « J’ai ouvert un petit resto, ça a moyennement marché. Je l’ai revendu puis je suis devenu serveur. Toute la journée, j’avais droit à des réflexions du style “Ah, ça vous mène à cela la télé”. Les gens sont des connards [...] Ils vous démontent », poursuit-il, la larme à l’œil. « Je suis passé par des moments hyper durs. J’ai galéré à payer mon loyer, j’en ai chié ».

Il ajoute ensuite que les personnalités ne doivent pas avoir peur ou honte de se reconvertir dans un autre métier, à l’image de ce qu’il a lui-même fait. « Ce n’est pas parce qu’on a fait de la télé, qu’on ne peut pas devenir boulanger. Il n’y a pas de sot métier [...] Il faut avoir les couilles de faire autre chose », dit-il avant de s’effondrer en larmes.

La séquence a manifestement touché puisque plus de 110.000 personnes ont regardé l’extrait sur Twitter. Le chroniqueur a aussi reçu le soutien des autres personnes sur le plateau, dont Cyril Hanouna qui a pris Jean-Pascal Lacoste dans ses bras pour le réconforter.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.