Accueil Actu Stars

Endeuillé à cause du Covid, Christophe Dechavanne s’énerve contre le scepticisme envers le vaccin

L’animateur a dénoncé les propos d’un homme politique français qui appelait à reporter l’administration du vaccin de Pfizer. Avec une pensée émue pour son ami mort du coronavirus.

Temps de lecture: 2 min

Aujourd’hui, c’est le grand jour. L’Agence européenne des médicaments doit donner (ou pas) son feu vert au vaccin Pfizer, déjà administrés dans des pays comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou le Canada. Normalement, il est attendu que la réponse soit positive, pour que l’Union européenne (UE) puisse vacciner dès fin décembre. Mais hier, Christophe Dechavanne, connu pour ses messages de santé publique, s’est énervé sur Twitter contre un exemple notable de scepticisme envers ces vaccins.

« Mon pote aurait été vacciné, c’est lui qui écrirait là »

Il y a trois jours, Nicolas Dupont-Aignan, membre de l’extrême-droite française, était présent sur le plateau de Laurence Ferrari, sur CNews. Il y a notamment mis en doute le jugement des scientifiques des instances officielles des pays qui ont déjà accepté le vaccin et appelé à faire des tests supplémentaires avant de l’accepter dans l’UE. Il tente d’appuyer son propos en disant que Pfizer se base « sur une étude de cas réduite », avant que Laurence Ferrari ne le reprenne. Il concède alors que l’étude s’est faite sur une échelle de « 20.000 » cas. En réalité, cet essai a été réalisé sur plus de 40.000 personnes. Mais il n’en démord pas et demande un report d’un potentiel feu vert de l’Agence européenne des médicaments.

Des propos largement dénoncés par la suite sur la toile, y compris par Christophe Dechavanne, qui reprend le nombre des personnes qui ont accepté de tester les vaccins avant commercialisation, tous vaccins confondus. « Ça fait 90.000 ca ! Avec 95% d’efficacité. Prendre le temps de se faire vacciner, c’est prendre le pari de l’augmentation de malades. Mon pote Eric, mort mercredi dernier, aurait été vacciné, c’est lui qui écrirait là. Ce n’est pas possible si on est écouté de proposer du temps », s’énerve-t-il en repensant avec émotion à son ami décédé du Covid-19.

Peu avant, comme en résonance avec ce message, Christophe Dechavanne avait partagé un autre message, celui du Président de la Ligue nationale contre le cancer, Axel Kahn, sur l’urgence à vacciner la population contre le Covid-19. « On ne peut pas vivre avec CoV-2. Outre ses autres désastres, plus il infecte de personnes et est produit en masse, plus le nombre de mutants sera grand et le risque élevé de sélection de mutants plus infectieux. Mobilisation européenne pour endiguer CoV-2, distanciation, vaccination », a-t-il écrit.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une