Un reportage de la VRT provoque de fortes réactions sur la quarantaine pour les voyageurs: «Égoïste et irresponsable»

Un reportage de la VRT provoque de fortes réactions sur la quarantaine pour les voyageurs: «Égoïste et irresponsable»
Capture d’écran Twitter

Ce mercredi, un nouveau mot d’ordre édicté en comité de concertation a fait beaucoup de bruit. Désormais, toute personne qui a séjourné plus de 48 heures à l’étranger dans une zone rouge est obligée de se mettre en quarantaine et de faire deux tests en entrant en Belgique. De ce fait, la VRT a voulu ce jeudi partir à la rencontre des toutes premières personnes concernées par cette règle. Mais les témoignages recueillis n’ont pas toujours plu au public.

Une pluie de critiques

C’est surtout un couple à l’aéroport de Zaventem qui a suscité des réactions sur les réseaux sociaux. Il avait en effet déclaré que « la quarantaine pendant les fêtes de fin d’année, ça va être difficile. Mais après le 31, ce sera plus facile ». Puisqu’il n’était pas dit explicitement s’ils respecteraient la règle, un médecin de l’hôpital de Saint-Trond, Jochen Nijs, a répliqué avec un rappel à l’ordre : « D’abord aller à l’étranger, puis fêter le Nouvel An et ensuite la quarantaine #solidaire », écrit-il sur Twitter.

Par la suite, d’autres nombreux internautes ont renchérit au commentaire de Jochen Nijs, comme le remarque Het Laatste Nieuws : « Quoi ? Honteux », « Irresponsable et égoïste », « Vous devriez avoir honte », « Le virus est déjà dans le cerveau de beaucoup de gens ». Un internaute dénonce aussi le fait que l’homme du reportage porte le masque en-dessous du nez. D’autres enfin ont ciblé leurs attaques sur une fille déclarant à l’aéroport qu’elle allait d’abord chez son frère pour fêter le Nouvel An avant de se mettre en quarantaine.

De façon plus générale, ce sont les voyages hors de Belgique qui sont critiqués. En ce sens, cela recoupe plus ou moins un message d’Emmanuel André publié hier sur Twitter : « Les Belges (souvent les plus aisés ou ceux qui ont été relativement moins affectés par la crise) reviennent en masse de leurs destinations de vacances où les règles étaient moins strictes qu’en Belgique alors qu’il y a dans ces pays bien plus de cas. #surréalisme », déclarait-il.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.