Les rédactions de France Tv incitées financièrement à parler de diversité et d’Europe

Les rédactions de France Tv incitées financièrement à parler de diversité et d’Europe
BelgaImage

C’est une prime d’un nouveau genre que vient de créer France Télévisions. Comme le constate Le Monde, la télévision publique française a décidé de donner des récompenses à ses rédacteurs en chef, mais à certaines conditions. Désormais, si leurs sujets parlent de diversité, d’Outre-Mer ou d’Europe, ceux-ci gagneront plus d’argent. A priori, cette innovation peut interpeller puisqu’elle intervient directement sur les choix rédactionnels. Mais du point de vue de France Télévisions, il serait surtout question de réparer un manquement qui n’a pour l’instant jamais été comblé.

Une « obligation de service public »

Le vrai problème, c’est que malgré l’évolution de la société, force est de constater que les médias ne sont pas incités à parler de diversité. La règle d’or est que le public est généralement plus intéressé par les sujets de proximité. En ce sens-là, accorder beaucoup d’importance à l’Europe par exemple pourrait sembler illogique. Et manifestement, les grandes chaînes de télé françaises sont de cet avis. Selon une étude de la fondation Jean Jaurès, les sujets des journaux télévisés dédiés à l’Europe ne sont que de 2,5% sur France 2. Un chiffre qui reste néanmoins meilleur que France 3 (1,6%) ou TF1 (1,4%). Même Arte, malgré son image de chaîne européenne, n’a un score que de 5,8%. Dans ces conditions, il n’est donc pas étonnant de voir le public peu au courant et peu investi dans les questions européennes.

Pour la diversité, c’est la même chose. Une étude du CSA datant de 2017 montrait par exemple que sur l’ensemble des chaînes du PAF, ce type de sujet ne représentait que 11% des journaux télévisés. Un chiffre qui est en réalité bien plus bas si on retire l’apport de France 3.

Face à ce constat, Le Monde rappelle que Clément Beaune, le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, avait appelé en septembre dernier à "renforcer les mécanismes qui conduisent nos chaînes publiques à parler davantage d'Europe". Pour lui, il s’agit d’une "obligation de service public". Puisqu’il est impossible de forcer les journaux à parler d’Europe ou de diversité, il semble bien que la piste d’une incitation financière ait été retenue.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern