Le musée Grévin de Paris s’est déjà débarrassé de la statue de cire de Donald Trump (photos)

Pas de sursis pour Donald Trump : le musée Grévin de Paris a mis au rebut dès mardi la statue du président américain battu, sans attendre la fin officielle de son mandat et à la veille de l’investiture de son successeur Joe Biden, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le double de cire de Donald Trump a été déboulonné pour rejoindre les réserves de l’institution parisienne, un entrepôt dans un lieu secret en région parisienne, où hibernent les statues d’un millier de personnages historiques ou de personnalités qui ne sont plus dans l’actualité.

«  Nous allons garder quelque temps la statue de Donald Trump. Peut-être aurons nous l’occasion de l’utiliser comme monstre pour fêter Halloween ! », a confié à l’AFP Yves Delhommeau, directeur du musée Grévin fermé depuis octobre en raison de la crise sanitaire.

Temple du « vrai-semblant », Grévin est soulagé sur un plan technique de se débarrasser du double du président américain battu : «  C’était l’enfer ! Chaque semaine, on devait retoucher ses narines car les visiteurs se prenaient en photo en lui mettant un doigt dans le nez », a précisé l’un des membres de l’atelier du musée.

Dans le passé, plusieurs statues de personnalités politiques ont été prises pour cible par des visiteurs : en 1980, un mystérieux groupe d’intervention nationaliste a enlevé le double de Georges Marchais retrouvé peu après dans un zoo. En 1993, Jacques Chirac a eu droit au même traitement.

Quelques années auparavant, la statue de Valéry Giscard d’Estaing avait été enlevée par des motards en colère. En juin 2014, une militante ukrainienne des Femen avait poignardé à plusieurs reprises le double de Vladimir Poutine.

Dès l’annonce de la victoire de Joe Biden, l’un des sculpteurs de Grévin, Claus Velte, s’est attelé à la réalisation du double de cire du nouveau président américain qui sera fin prêt dans deux mois.

La statue de Joe Biden est en cours de réalisation.
La statue de Joe Biden est en cours de réalisation. - AFP

«  Nous espérons rouvrir au plus tôt dès que la situation sanitaire le permettra », a dit le directeur du musée qui n’avait jamais été confronté à une si longue fermeture depuis sa création en 1882.

Habituellement, le musée parisien accueille quelque 700.000 visiteurs chaque année.

AFP

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern