Quand la STIB adresse ses adieux à Donald Trump, qui n’avait pas hésité à qualifier Bruxelles d’«enfer»

Quand la STIB adresse ses adieux à Donald Trump, qui n’avait pas hésité à qualifier Bruxelles d’«enfer»
Montage: Zumapress/STIB

« L’enfer vous dit au revoir », a tweeté ce mercredi après-midi la STIB, en légende d’une photo du tram 44 circulant dans un paysage très automnal, retouchée avec un filtre très orange. Aucun doute, ce post est évidemment (déjà de part sa couleur, qui représente la couleur des cheveux et du fond de teint de Trump) en lien avec la fin du mandat de Donald Trump ce mercredi, et une référence à des propos que le président américain sortant avait tenu en 2016.

À cette époque, Donald Trump n’était pas encore président. Dans une interview à Fox Business Network, il avait qualifié la ville de Bruxelles d’« enfer ». « Quelque chose est en train de se passer », avait-il répondu à une journaliste qui lui demandait si une de ses propositions, celle d’interdire aux musulmans l’accès au territoire américain, était réalisable. « Allez à Bruxelles, allez à Paris […]Quelque chose de mauvais est en train de se passer, là où ils veulent imposer la charia […] Vous savez, il faut un minimum d’assimilation. Il n’y a pas eu d’assimilation », avait déclaré celui qui était alors seulement candidat à la présidence américaine. Et il avait ajouté, pour conclure, qu’« il y a une vingtaine d’années, Bruxelles était belle », mais que « Maintenant, c’est comme vivre dans un enfer, un trou à rats ».

Des propos qui n’avaient évidemment pas plu aux Bruxellois, qui avaient riposté en diffusant massivement des photos des plus beaux endroits de la capitale et de ses spécialités. Et visiblement, certains habitants de Bruxelles n’ont toujours pas digéré les mots de Donald Trump.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern