Quand la STIB adresse ses adieux à Donald Trump, qui n’avait pas hésité à qualifier Bruxelles d’«enfer»

Quand la STIB adresse ses adieux à Donald Trump, qui n’avait pas hésité à qualifier Bruxelles d’«enfer»
Montage: Zumapress/STIB

« L’enfer vous dit au revoir », a tweeté ce mercredi après-midi la STIB, en légende d’une photo du tram 44 circulant dans un paysage très automnal, retouchée avec un filtre très orange. Aucun doute, ce post est évidemment (déjà de part sa couleur, qui représente la couleur des cheveux et du fond de teint de Trump) en lien avec la fin du mandat de Donald Trump ce mercredi, et une référence à des propos que le président américain sortant avait tenu en 2016.

À cette époque, Donald Trump n’était pas encore président. Dans une interview à Fox Business Network, il avait qualifié la ville de Bruxelles d’« enfer ». « Quelque chose est en train de se passer », avait-il répondu à une journaliste qui lui demandait si une de ses propositions, celle d’interdire aux musulmans l’accès au territoire américain, était réalisable. « Allez à Bruxelles, allez à Paris […]Quelque chose de mauvais est en train de se passer, là où ils veulent imposer la charia […] Vous savez, il faut un minimum d’assimilation. Il n’y a pas eu d’assimilation », avait déclaré celui qui était alors seulement candidat à la présidence américaine. Et il avait ajouté, pour conclure, qu’« il y a une vingtaine d’années, Bruxelles était belle », mais que « Maintenant, c’est comme vivre dans un enfer, un trou à rats ».

Des propos qui n’avaient évidemment pas plu aux Bruxellois, qui avaient riposté en diffusant massivement des photos des plus beaux endroits de la capitale et de ses spécialités. Et visiblement, certains habitants de Bruxelles n’ont toujours pas digéré les mots de Donald Trump.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.