« Une vision d’horreur » : L214 révèle l’enfer des cochons dans un élevage

« Une vision d’horreur » : L214 révèle l’enfer des cochons dans un élevage
BelgaImage

L’association de défense des animaux L214 a diffusé ce lundi 25 janvier une vidéo de cochons en putréfaction prise dans un élevage des Côtes-d’Armor. Des « images insoutenables » a reconnu la Cooperl, coopérative agricole à laquelle l’éleveur est adhérent. « Une vision d’horreur », décrit L214 dans un communiqué de presse. « Sur le sol d’une des salles gisent une vingtaine de cadavres. Dans d’autres salles, d’autres corps, parfois presque à l’état de squelette, sont grignotés par les rats. Une brouette pleine d’ossements traîne dans l’exploitation ». Selon l’association, les faits se sont produits entre août et décembre 2020 et les corps étaient encore « éparpillés dans l’élevage » le 13 janvier.

Des mises à mort épouvantables

« Ni les services vétérinaires du département, ni la Cooperl n’ont été capables d’identifier les défaillances de l’éleveur et encore moins de pallier ses carences », estime L214, qui réclame une enquête administrative et annonce le dépôt d’une plainte « pour cruauté et abandon d’animaux auprès du procureur de Saint-Brieuc ».

Les images « sont insoutenables », a reconnu la Cooperl, leader français de la filière porcine, dans un communiqué de presse. « Au vu de l’état des cadavres, de leur disposition et de l’absence de traces de bagarre sur le cuir, le vétérinaire conclut à une mort des porcs qui remonte à environ 8 mois, des suites d’un étouffement brutal dont l’éleveur n’a informé ni la coopérative ni son vétérinaire », ajoute le groupe coopératif, basé à Lamballe, dans les Côtes-d’Armor.

La Cooperl précise que ce site d’engraissement a été « fermé physiquement » fin mai 2020 « par l’éleveur à la demande de son vétérinaire ». « Au vu de la vidéo, les animaux morts étouffés sont restés sur place sans que la coopérative et la société d’équarrissage en soient informées », assure-t-elle.

Une révélation qui précède un vote législatif sur la maltraitance animale

Un « site de naissage dans lequel sont élevés des truies et une partie des porcs », détenu par le même éleveur, a fait l’objet d’« actions correctives » après le signalement d’« animaux en détresse » début septembre, selon la coopérative. La Cooperl, qui a réalisé 2,4 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2019, évoque “la fragilité morale et financière de l’éleveur, dont la société est placée en redressement judiciaire”. La « Cooperl continue à accompagner cet éleveur pour l’aider à quitter le métier », ajoute le communiqué.

L’Assemblée nationale doit examiner à partir de mardi une proposition de loi de la majorité contre la maltraitance animale, qui n’aborde pas la question de l’élevage intensif.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern