«Top Chef»: «Le plus pénible, c’était le test PCR tous les deux jours» raconte Mathieu, le candidat belge.

Instagram Top Chef M6
Instagram Top Chef M6

La reprise de « Top Chef » c’est ce soir et pour l’occasion, Mathieu, le Belge de cette douzième édition a raconté son expérience à RTL. Ce Bruxellois de 22 ans s’est bien débrouillé ces derniers mois pour rebondir. Formé à l’école hôtelière à Namur avant de travailler pour des chefs doublement étoilés – Lionel Rigolet du Comme chez Soi et David Martin du restaurant La Paix – il a ensuite pris la décision de démissionner il y a quelques mois.

« On était en confinement, je venais de démissionner de mon poste au restaurant La Paix, j’étais sensé partir à Paris pour travailler pour le chef Arnaud Donckele. Mais voilà, tout est tombé à l’eau à cause du Covid. Et du coup j’ai reçu un mail de Top Chef pour dire : « les castings sont ouverts, est-ce que tu as envie d’y participer ». Et là, je me suis lancé », explique-t-il. Voilà un bon rattrapage en cette période compliqué pour l’HORECA.

Tournage Covid-19

Étant donné les restrictions sanitaires imposées en France comme en Belgique, le tournage a dû s’adapter, ce qui n’a pas été une mince affaire. Les candidats et les membres du jury étaient testés très régulièrement. Ce que retient Mathieu ce sont justement les tests PCR et le port du masque : « C’était tout le temps porter son masque, se désinfecter les mains tout le temps, n’enlever son masque que quand les caméras étaient prêtes à tourner. Le plus pénible, je pense que c’était les tests PCR tous les deux jours. Mais on s’y habitue ». Tous les membres de l’équipe – candidat, jury et techniciens – ont été soumis aux tests durant tout le tournage.

À l’hôtel

Le tournage s’est déroulé pendant l’automne en plein reconfinement. Pour autant la production a su être attentive en désignant des médecins qui ont joué le rôle de conseiller pour la mise en place des protocoles sanitaires et pour surveiller. Cette année les candidats ont dû cohabiter à l’hôtel et donc séparé de leurs familles et de leurs proches.

Il y a tout de même du bon à cette situation et c’est Mathieu qui les rapporte : « Ça a été sympa pour le coup car ce confinement qu’on a vécu ensemble nous a permis de nous rapprocher énormément. On a passé 2 mois et demi à l’hôtel juste entre candidats avec des « nounous ». Et c’est vrai que ça a permis d’avoir un côté vraiment très famille et très soudé dans le groupe des candidats ». Cette décision permettait d’éviter des risques de contamination avec l’extérieur. Le producteur, Romuald Graveleau, s’est félicité que les candidats l’acceptent, pas forcément évident.

Les épreuves ont été modifiées

Distanciation sociale et distanciation des assiettes. Alors que les jurys partageaient avant la même assiette, c’est aujourd’hui terminé. Les couverts aussi étaient un grand objet d’attention puisque chaque cuillère utilisée devait partir immédiatement à la plonge ensuite. Une épreuve a aussi dû être revue, celle de la Guerre des restos. Les restaurants étant fermés administrativement, il a fallu trouver une alternative. C’est par le biais du click and collect, que les candidats ont pu faire leurs preuves – en proposant des plats à emporter.

Aussi, l’ultime épreuve est déjà enregistrée. Alors qu’en temps normal, plusieurs mois peuvent s’écouler entre le début de la saison et le tournage de la finale, cette année tout est déjà dans la boîte. Pour autant, le suspens reste encore à son comble. Rendez-vous ce soir pour le lancement de cette nouvelle saison.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern