On sait enfin qui a «vandalisé» le Cri de Munch

On sait enfin qui a «vandalisé» le Cri de Munch
BelgaImage

C’est une toute petite phrase, inscrite dans un coin de la toile du Cri peint par Edvard Munch, mais le message se veut frappant : « ne peut avoir été peint que par un fou ». Pour découvrir qui a pu avoir l’audace d’une attaque aussi directe envers le peintre, les conservateurs du Musée national d'art, d'architecture et de design de Norvège ont été mis à contribution. Dans un communiqué publié lundi, ils disent être arrivés à la conclusion que l’explication jusque-là avancée sur l’identité du malfrat est fausse.

Une forme d’autodérision ?

Jusqu’à aujourd’hui, l’hypothèse généralement avancée était qu’un visiteur, irrité par les œuvres d’Edvard Munch, aurait tout simplement écrit à la va-vite son message, rédigé à l’aide d’un simple crayon de bois. Cela ne colle cependant pas avec ce que les scientifiques ont découvert après examen par thermographie infrarouge.

« L'inscription est sans aucun doute de Munch », a affirmé à l’AFP la conservatrice en charge des recherches, Mai Britt Guleng. « L'écriture elle-même, ainsi que les événements qui se sont produits en 1895, lorsque Munch a montré le tableau en Norvège pour la première fois, pointent tous dans la même direction ».

En réalité, cette phrase serait une forme de pied-de-nez du peintre norvégien à une critique d’un étudiant d’art, Johan Scharffenberg, qui l’avait traité de fou. Il faut dire que Munch avait été très affecté par la mort de sa mère et de sa sœur et que ses toiles n’étaient pas forcément des plus joyeuses. Il avait même été dans un hôpital psychiatrique. Mais avec cette phrase inscrite sur le Cri, Edvard Munch aurait en quelque sorte pris le contrepied de ces événements.

La toile va maintenant être remise au nouveau Musée national de Norvège, dont l’ouverture est prévue pour 2022.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern