Accueil Actu Soirmag

Michel Cymes est accusé de plagiat et «s’excuse»

C’est un confrère qui a épinglé le médecin très médiatique en France.

Temps de lecture: 2 min

Dimanche dernier au micro de l’émission « Ça Va Beaucoup Mieux, l’Hebdo » sur RTL, Michel Cymes s’est emballé et a repris les lignes écrites par un confrère, Marc Gozlan en omettant de le citer. Ce dernier tient un blog hébergé sur le site LeMonde.fr, et y avait écrit un article sur la masturbation en période de Covid-19. Preuve à l’appui avec une capture d’écran sur Twitter, le médecin demande à RTL France de lui « verser le montant des deux piges de Michel Cymes »

Marc Gozlan tient le blog Réalités Biomédicales depuis quatre ans, il se présente comme médecin de formation et journaliste de vocation. Il a lancé ses accusations par le biais de Twitter

Du plagiat et des excuses

Michel Cymes aurait en effet repris les dix premières lignes de la chronique de Marc Gozlan en oubliant de citer ses sources. Il s’est excusé par la suite : « En ouverture de mon émission dimanche dernier, comme souvent, j’ai pris dans la presse certaines infos ou anecdotes insolites. Il va sans dire que je cite mes sources qu’il s’agisse d’articles de presse ou de revues scientifiques. Cette fois-ci, pris par le déroulé de l’émission, je ne l’ai pas fait. Je tiens donc à m’excuser auprès de l’auteur de l’info reprise, Marc Gozlan, et du site qui héberge son blog, LeMonde.fr » a-t-il écrit sur le site de RTL. Il ajoute au magazine Marianne qu’il n’y a eu « ni plagiat, ni copie, un non évènement ».

Pas à la première polémique

Michel Cymes commence a accumulé les polémiques depuis le début de la pandémie. D’abord très optimiste, il déclarait que « dans l’immense majorité des cas », les personnes malades ne feraient « qu’un petit syndrome grippal », avant de revenir sur ces mots avec l’évolution de la situation. Il a aussi annoncé au début du mois de février, que le port du masque n’était pas nécessaire « si l’on n’est pas symptomatique ». Le médecin s’est très vite repris et dans une interview accordée au Dauphiné Libéré, il déclarait qu’il avait tenté de vulgariser une information mais qui s’est révélée fausse par la suite.

Il ajoutait : « Pour le médecin informateur que je suis, ça a remis totalement en question ma façon de faire ce boulot car très franchement, je n’ai pas été à la hauteur de la confiance et de la grande crédibilité que les gens m’accordent sur le plan médical ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une