Course-poursuite entre un skieur et un ours en Roumanie (vidéo)

Course-poursuite entre un skieur et un ours en Roumanie (vidéo)
Capture d’écran Facebook

En Roumanie, l’un des paradis de la neige, c’est Predeal, le plus haut village du pays, situé près de Brașov. Mais la semaine dernière, un « skieur » inhabituel s’est invité sur les pistes des Carpates : un ours. Une rencontre insolite qui a quelque peu amusé les personnes présentes sur place jusqu’à ce que soit lancée une course-poursuite avec l’une d’entre elles.

Une rencontre insolite

Lorsqu’il arrive sur la piste, l’ursidé fait tout de suite face à l’homme qui filme la scène. Alors que d’autres skieurs arrivent, humains et ours se regardent en chiens de faïence. Puis ce dernier se rapproche de plus en plus avant de s’arrêter. Il devient alors mignon à souhait, se roulant par terre à la manière d’un animal de compagnie.

Mais pas question de rester dans cette situation toute la journée. Les skieurs continuent de s’agglutiner et il faut réagir. C’est alors que la personne qui filme, qui est en réalité moniteur de ski, décide de partir devant, question d’attirer l’animal. Après avoir demandé aux autres de ne pas bouger, il s’élance. Le moniteur commence donc à jouer à chat avec son nouveau compagnon. Sur plusieurs centaines de mètres, l’animal le poursuit, parfois en se rapprochant fortement du skieur. Mais c’est peine perdue. Grâce à ses skis, son concurrent est trop rapide. Fatigué, il finit par abandonner et par trouver refuge dans la forêt.

La Roumanie est le pays qui compte le plus d’ours bruns sur son territoire. Habitués à la cohabitation avec les humains, ils sont peu craintifs, ce qui n’est pas sans créer quelques conflits avec les habitants. Le pays dispose néanmoins de nombreux outils pour gérer cette coexistence, par exemple pour les empêcher d’aller sur les autoroutes.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern