Pékin Express: des candidates victimes de racisme en Grèce (vidéo)

Pékin Express: des candidates victimes de racisme en Grèce (vidéo)
Capture d'écran Dailymotion

Dans la nouvelle saison de « Pékin Express », réalisée en deux temps à cause du coronavirus, deux candidates, Nour et sa mère Kaoutar, ont vécu un parcours un peu plus difficile que les autres lors d’une des étapes du voyage, en Grèce en l’occurrence. En cause : leurs origines maghrébines, mal perçues par les locaux. Elles ont ainsi fait face à un racisme parfois explicite qui les a quelque peu retardées dans leur aventure.

Du racisme non visible à l’écran ?

Dans leur interview par 20 Minutes, les deux femmes expliquent que si elles étaient plus discriminées en Grèce que lors des autres étapes, ce n’était pas le fruit du hasard. « La famille chez qui on a dormi nous a dit que les Grecs, en ce moment, à cause du conflit gréco-turc, avaient un problème avec tout ce qui est Maghrébins et Arabes. On a reçu beaucoup d’insultes, de remarques, de reproches. On nous a menacées d’appeler la police à plusieurs reprises », confie Nour. « Nous en Grèce, on a senti beaucoup de racisme à notre égard. On est quand même typées de peau, plus moi que Nour, donc ça nous a mis des freins dans l’aventure », déclare Kaoutar.

Interrogée ensuite par Purepeople, Nour ajoute : « On se faisait insulter. Les gens s’arrêtaient devant nous pour nous regarder de haut en bas et ils verrouillaient les voitures. Dès qu’on demandait de nous prendre en voiture on nous criait dessus, parfois même on nous bousculait ». « Ils voulaient appeler la police », se souvient sa mère. « Les pompiers aussi, il n’y avait pas que les locaux. La police par exemple nous disait de partir, nous refusait le stop sur la route. Heureusement qu’on est deux personnes joviales qui ne s’arrêtent pas sur une déception ».

Sur le plateau de « Touche pas à mon poste » (TPMP), les deux candidates précisent néanmoins que cela n’est le fait que d’une partie des individus qu’elles ont croisés, les autres étant très gentils avec elles. Mais l’équipe de Cyril Hanouna a été marquée par un autre point : le montage de M6 ne rendrait pas compte de ces moments de tension. Est-ce que la chaîne aurait dès lors « dissimulé des attaques racistes », comme l’affirme TPMP ? La production du programme le réfute, assurant « ne rien avoir caché ». « Dans d'autres émissions où le racisme était un sujet, nous en avions parlé. Bien au contraire, si nous avions une séquence à mettre, on l’aurait fait », a déclaré M6 dans un communiqué.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.