Sexualité : pourquoi est-il difficile d’aborder certains sujets avec ses amis ?

Belgaimage
Belgaimage

Dans un groupe d’amis, certains parlent librement de leur sexualité, sans tabou, alors que d’autres peuvent éprouver de la gêne. Vendredi dernier sur Europe 1 dans l’émission « Sans rendez-vous », la sexologue Catherine Blanc a répondu à une question d’un auditeur qui se demandait pourquoi il avait été dégoûté quand un de ses amis évoquait son palmarès de « coups d’un soir », alors qu’ils parlent d’habitude ouvertement de leur vie sexuelle dans leur groupe d’amis.

« Lors des repas avec mes amis, on expose un petit peu tous notre vie sexuelle de manière assez libre. Mais lors du dernier repas, j'ai un ami qui nous a fait part de ses plans d'un soir. Personnellement, ça me dégoûte. Je ne comprends pas comment on peut aimer ça. Qu'est-ce qu'il peut y avoir d'attirant dans ces pratiques ? », a expliqué le jeune homme.

Pour la psychanalyste, il semble nécessaire pour l’auditeur qu’il y ait une vraie relation entre deux personnes « pour se sentir à l'aise avec la sexualité ». « Ça ne signifie pas forcément qu'il s'attend à ce qu'il y ait une histoire amoureuse, mais au moins une histoire. Sûrement pour ne pas être un objet, l'objet de l'excitation de l'autre, mais bien un sujet, en relation avec un autre sujet. C'est assez dégoûtant pour lui de se retrouver coincé dans le fait d'être l'objet de quelqu'un d'autre ou coincé dans cette position dominante d'utiliser le corps de l'autre ».

Dans un cas de rejet comme celui-ci, Catherine Blanc évoque un lien possible avec le propre vécu de l’auditeur. Celui-ci aurait peut-être été utilisé lui-même comme un « objet » ou aurait au contraire utilisé quelqu’un de cette manière, ce dont il se sentirait coupable. « Par conséquent, il combattrait cette position par une autre position très affirmée, celle de la nécessité d'avoir une relation. Quand on est agressé par des choses extérieures, cela donne l'occasion de s'interroger sur ce que cela raconte de nous-mêmes. (…) Nous avons tous des limites en fonction de nos histoires », rapporte Europe 1.

Pour la sexologue, il est important de pouvoir dire à ses amis quand quelque chose nous gêne, même si actuellement on est « censés pouvoir tout entendre ». Il est également possible que la personne mente ou ne dise pas exactement la vérité. « Peut-être que cette personne est justement en couple et que c'est ce qui le dégoûte. Ou au contraire, c'est un célibataire qui, pour ne pas être laissé pour compte, a besoin de dire combien c'est formidable de l'être pendant que les autres ont des sexualités routinières », indique Catherine Blanc.

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Chasseurs de microbes (13)

    L’expérience de Pasteur sur les bâtonnets produisants l’acide lactique le convainquit - pourquoi?, nul ne le sait.

    Du XVIIe siècle à Louis Pasteur, Paul De Kruif raconte dans un livre passionnant l’existence hors normes et les découvertes magnifiques de grands savants, pionniers de la science et bienfaiteurs de l’humanité.