Sexualité : pourquoi est-il difficile d’aborder certains sujets avec ses amis ?

Belgaimage
Belgaimage

Dans un groupe d’amis, certains parlent librement de leur sexualité, sans tabou, alors que d’autres peuvent éprouver de la gêne. Vendredi dernier sur Europe 1 dans l’émission « Sans rendez-vous », la sexologue Catherine Blanc a répondu à une question d’un auditeur qui se demandait pourquoi il avait été dégoûté quand un de ses amis évoquait son palmarès de « coups d’un soir », alors qu’ils parlent d’habitude ouvertement de leur vie sexuelle dans leur groupe d’amis.

« Lors des repas avec mes amis, on expose un petit peu tous notre vie sexuelle de manière assez libre. Mais lors du dernier repas, j'ai un ami qui nous a fait part de ses plans d'un soir. Personnellement, ça me dégoûte. Je ne comprends pas comment on peut aimer ça. Qu'est-ce qu'il peut y avoir d'attirant dans ces pratiques ? », a expliqué le jeune homme.

Pour la psychanalyste, il semble nécessaire pour l’auditeur qu’il y ait une vraie relation entre deux personnes « pour se sentir à l'aise avec la sexualité ». « Ça ne signifie pas forcément qu'il s'attend à ce qu'il y ait une histoire amoureuse, mais au moins une histoire. Sûrement pour ne pas être un objet, l'objet de l'excitation de l'autre, mais bien un sujet, en relation avec un autre sujet. C'est assez dégoûtant pour lui de se retrouver coincé dans le fait d'être l'objet de quelqu'un d'autre ou coincé dans cette position dominante d'utiliser le corps de l'autre ».

Dans un cas de rejet comme celui-ci, Catherine Blanc évoque un lien possible avec le propre vécu de l’auditeur. Celui-ci aurait peut-être été utilisé lui-même comme un « objet » ou aurait au contraire utilisé quelqu’un de cette manière, ce dont il se sentirait coupable. « Par conséquent, il combattrait cette position par une autre position très affirmée, celle de la nécessité d'avoir une relation. Quand on est agressé par des choses extérieures, cela donne l'occasion de s'interroger sur ce que cela raconte de nous-mêmes. (…) Nous avons tous des limites en fonction de nos histoires », rapporte Europe 1.

Pour la sexologue, il est important de pouvoir dire à ses amis quand quelque chose nous gêne, même si actuellement on est « censés pouvoir tout entendre ». Il est également possible que la personne mente ou ne dise pas exactement la vérité. « Peut-être que cette personne est justement en couple et que c'est ce qui le dégoûte. Ou au contraire, c'est un célibataire qui, pour ne pas être laissé pour compte, a besoin de dire combien c'est formidable de l'être pendant que les autres ont des sexualités routinières », indique Catherine Blanc.

 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.

  • Dans la peau de Gustave Eiffel

    Eiffel @WWEntertainment

    Le biopic sur l’ingénieur français a misé sur Romain Duris. Une idée surprenante si on compare le physique des deux hommes.

  • Isopix

    L’épopée du pop-corn

    L’histoire à table de la semaine.

  • En France, la corporation des couturières existe depuis la fin du XVIIe siècle.

    Petites histoires de la mode (6): de la couture au crépon

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • André Franquin, caché derrière le dernier album de Gaston. Il a dessiné les aventures de ce drôle de personnage jusqu’en 1996.

    BD: tout Gaston Lagaffe

    « Soir mag » vous propose le recueil intégral des gags du plus célèbre employé de bureau de l’histoire de la bande dessinée. L’occasion d’en apprendre plus sur ce personnage emblématique créé par Franquin et sur la manière dont ce dernier le dessinait.