Michel Sardou évoque la dispute avec Johnny Hallyday qui a mis fin à leur amitié

Capture d’écran
Capture d’écran

Interviewé dans l’émission « Sept à huit » diffusée ce dimanche 2 mai, Michel Sardou est notamment revenu sur l’incident qui a mis fin à son amitié avec Johnny Hallyday. La brouille a été causée par des paroles prononcées par Michel Sardou lors d’un concert à Bruxelles en 2004, alors que les deux hommes étaient amis depuis plus de trente ans, rapporte Le Matin.

Face à Audrey Crespo-Mara, le chanteur est revenu sur ce moment. « On était deux frères, pendant des années et des années. Et puis on s’est fâchés. Enfin… il s’est fâché. À cause de moi, je le reconnais volontiers. J’ai été très maladroit. J’ai fait une improvisation sur scène qui se voulait moqueuse », explique-t-il. Ces paroles évoquaient Jade et Joy, les filles adoptives de Johnny. « Vous savez, quand on fait de l’improvisation, les mots sortent avant la pensée. J’ai dit: ‘Ça va être difficile de les mettre sur des skis.’ Parce qu’il venait d’acheter un chalet en Suisse (un chalet à Gstaad, NDLR). Ce n’est ni drôle ni méchant mais lui l’a très mal pris », a ajouté Michel Sardou. Celui-ci a ensuite voulu s’expliquer mais Johnny n’a même pas voulu l’écouter.

La journaliste lui demande alors si le Taulier n’a pas apprécié la blague parce qu’il la trouvait raciste. « Non, ça n’a rien à voir avec le racisme. Il avait trouvé que c’était méchant pour ses filles, que je me moquais de ses filles qu’il adorait. Mais il n’y avait pas de racisme là-dedans, même dans mon improvisation, ce n’était pas du tout raciste », a-t-il répondu. « Mais lui l’a mal pris, pour les enfants. On s’est arrêté là et on n’a jamais pu se rapprocher. Mais c’était de ma faute, il avait raison. On se réconciliera là-haut », a conclu Michel Sardou, en levant mes yeux vers le ciel. Les deux hommes n’avaient jamais réussi à se réconcilier avant le décès de Johnny.

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern