Disneyland: l’ajout de la scène du baiser de «Blanche-Neige» dans une attraction crée la polémique aux États-Unis

Capture d’écran
Capture d’écran

En Californie, le parc Disneyland d’Anaheim a rouvert à la fin du mois d’avril, après une longue période de fermeture. Une attraction, adaptée du conte « Blanche-Neige et les Sept Nains », a fait parler d’elle puisqu’elle a été repensée et réaménagée. La scène du baiser final, intitulée « True love’s kiss » a notamment été rajoutée. Un ajout qui a déplu à deux chroniqueuses du « San Francisco Chronicle », un important quotidien de Californie, rapporte La Voix du Nord.

Dans un article publié en ligne le 1er mai dernier, Katie Dowd et Julie Tremaine félicitent la « nouvelle imagerie époustouflante » de l’attraction, mais critiquent par contre l’ajout de la scène du baiser que donne le prince à Blanche-Neige. « Un baiser qu’il lui donne sans son consentement, pendant qu’elle dort, ce qui ne peut pas être le véritable amour à moins que la personne sache ce qu’il se passe. N’avons-nous pas déjà convenu que le consentement dans les premiers films de Disney était un problème majeur ? Qu’apprendre aux enfants que s’embrasser, quand il n’a pas été établi que les deux parties y étaient disposées, n’est pas acceptable ? Il est difficile de comprendre pourquoi Disneyland, en 2021, fait le choix d’ajouter une scène aux idées si rétrogrades sur ce qu’un homme est autorisé à faire à une femme, d’autant que l’entreprise met actuellement l’accent sur la suppression des scènes problématiques de manèges  », ont écrit les deux femmes.

« Reste que cette scène finale, aux lumières scintillantes et aux effets spéciaux spectaculaires, est merveilleusement réalisée, sous réserve que vous la regardiez comme un conte de fées, et non comme une leçon de vie », nuancent les journalistes. Peu convaincues, elles proposent alors d’imaginer une autre fin, ce qui ne semble par contre pas du tout plaire aux Américains, ajoute La Voix du Nord, estimant que ce processus de « cancel culture » allait trop loin.

Suite à d’autres polémiques sur ses contenus, Disney a récemment ajouté un message de prévention au début de certains dessins animés diffusés sur la plateforme Disney+ pour prévenir qu’ils contenaient des « représentations datées et/ou un traitement négatif des personnes et des cultures ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern