Laurent Ruquier parle d’une «hystérie» autour des cas contacts suite à «On est en direct»

BelgaImage
BelgaImage

Depuis le début de la pandémie, c’est la première fois qu’autant de journalistes sur des émissions de grande écoute se retrouvent, soit hors antenne, soit à travailler depuis chez eux. Depuis l’enregistrement de l’émission « On est en direct » vendredi pour les 100 ans de la radio, une partie des journalistes présents a été déclarée cas contact. Un des invités à l’enregistrement, s’est découvert contaminé par le Covid-19. Le mystère sur cette personne n’a pas duré très longtemps. Jean-Jacques Bourdin a lâché le morceau sur RMC, il s’agit d’Yves Calvi. Le journaliste ne présente que des symptômes très minimes.

Une hystérie sanitaire

Cette histoire a tout de même marqué les esprits et Laurent Ruquier s’est rendu sur le plateau de « Touche pas à mon poste » pour en parler avec Cyril Hanouna. L’animateur est visiblement agacé d’être ainsi pointé du doigt pour être à l’origine d’un « cluster ». Pour lui, cette affaire relève de « l’hystérie ». « Ce qui s’est passé depuis la fameuse photo vendredi soir, puisque l’émission a été enregistrée vendredi, prouve bien qu’il y a une hystérie autour de tout ça, qui est dénué de sens » explique-t-il sur le plateau. Ce qui est décrit comme une épidémie de cas contact aurait pu arriver « n’importe où, avec n’importe qui ».

Si pour lui, la situation n’est pas si grave c’est parce qu’aucun des invités n’a été contaminé pendant l’enregistrement de l’émission. Il ajoute aussi que, bien qu’il ait continué ses émissions pendant la pandémie, personne n’a été contaminé : «  D’abord, je fais de la télévision aux Enfants de la télé, l’émission On est en direct tous les samedis soirs, je fais Les Grosses têtes, tout ça depuis plus d’un an, sans jamais qu’il y ait eu un seul cas contact sur mes plateaux de télé, ni à la radio. Et à France Télévisions, Philippe Thuillier, le producteur, fait tout ce qu’il faut pour que les conditions sanitaires et hygiéniques soient respectées, les distanciations, etc . » annonce-t-il.

Pas de la faute de la production

Laurent Ruquier rappelle que la contamination a eu lieu avant l’enregistrement et qu’Yves Calvi, qu’il ne nomme pas, n’était pas au courant de son état : «  C’est quelqu’un parmi les 30 invités qui est arrivé sur le plateau et ne savait pas qu’il était contaminé. Il a été contaminé mercredi ou jeudi, vous savez qu’il y a un temps de délai entre le moment où on est contaminé et le moment où on le sait. Voilà, on le sait parfois trop tard. Il est venu à cette émission sans le savoir donc il n’y est pour rien le pauvre  ».

La faute n’est cependant pas à reporter sur la production non plus, assure l’animateur : «  Nous non plus, on n’y est pour rien. On n’a contaminé personne, c’est quelqu’un qui est arrivé contaminé sur le plateau. Il faut arrêter  ! ». Il ne s’inquiète pas de l’évolution de la situation. La plupart des journalistes ont pris leurs dispositions en travaillant de chez eux ou avec un entourage restreint. Pour les autres, une partie des invités était vaccinée : «  Quant aux autres, pour la plupart, ils sont septuagénaires, voire octogénaires, et donc doublement vaccinés. Il n’y avait donc aucun risque pour eux  » assure-t-il.

 
  • Pourquoi William a viré Harry

    Depuis de longs mois, la rupture est consommée entre le prince William et le prince Harry. Même lors des funérailles de leur grand-père, ils n’échangent que peu de paroles. En fait, les Cambridge et les Sussex sont brouillés depuis près de trois ans.

    Les deux frères ne se parlent plus depuis octobre 2018. Un livre jette un nouvel éclairage sur la véritable raison de la discorde – une trahison ! – qui a mené à la séparation des Cambridge et des Sussex, avant le Megxit…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • En pointillé: Romelu Lukaku

    belgaimage-177640834-full

    Artisan de la qualification de la Belgique pour le second tour de l’Euro, l’attaquant de 28 ans marque aussi les esprits. Mais qui est-il ?

  • Balade au bord de la Meuse à Profondeville.

    Points-nœuds: de belles balades à vélo en Wallonie aussi

    Au quotidien (notamment en ville), l’usage du cycle dans le sud du pays est à la traîne par rapport à la Flandre. Par contre, la Région a développé un beau réseau touristique de voies où les cyclos sont rois. Un point et un conseil livre.

  • A. Bertels - Handicap International

    La vie en fonçant!

    Léa Bayukela s’est catapultée vers les sommets avec sa médaille de bronze aux championnats d’Europe de parathlétisme en Pologne. Une sacrée gagneuse.

  • Mine de cuivre et de cobalt au Congo.

    Le trésor perdu du Congo

    Comment un pays aux ressources naturelles aussi riches est-il toujours l’un des plus pauvres du monde ? Erik Bruyland répond dans son ouvrage « Cobalt Blues ».