Roméo Elvis à « Quotidien » sur les accusations d’agression sexuelle : « J'ai fait une connerie » (vidéo)

Roméo Elvis à « Quotidien » sur les accusations d’agression sexuelle : « J'ai fait une connerie » (vidéo)
BelgaImage

En septembre dernier, Roméo Elvis était accusé par une jeune femme d’agression sexuelle. Après avoir reconnu « avoir utilisé [ses] mains de manière appropriée, croyant répondre à une invention qui n’en était pas une », ça a été le silence radio… jusqu’à aujourd’hui. A l’occasion de la sortie de son nouvel album « TPA : tout peut arriver », le rappeur était invité sur le plateau de « Quotidien » et évidemment, il a été vite question d’évoquer cette affaire.

« C’est une leçon »

Loin de vouloir éviter le sujet, Roméo Elvis reprend d’abord plus au moins ce qu’il a pu dire il y a quelques jours à Télérama, à savoir un acte de repentance. « J'ai fait une connerie, j’en suis conscient, j'ai fait du mal à quelqu'un. J’ai tout de suite voulu m’excuser auprès de cette personne et j’ai ensuite pris le temps de m’excuser publiquement sur les réseaux sociaux. C'est un truc sur lequel on ne peut pas revenir, ça se discute pas, j'en suis conscient et j'ai envie que les gens le comprennent », dit-il. « C’est une leçon. L’intégrité d’une femme ou d’un homme, ça ne se discute pas ».

Yann Barthès lui demande alors s’il a regardé les réactions sur les réseaux sociaux au moment de cette affaire. « Non, j’évite », répond Roméo Elvis, autant pour éviter les attaques personnelles que les fans qui le défendent à l’extrême. « Je tiens à dire aussi que trop d'amour, ça n'a aucun sens. Les artistes sont énormément aimés avec parfois un peu de désespoir, là-dedans. Donc je prends de moins en moins la peine de regarder ce genre de commentaires, ça me fait du bien dans les deux sens. Trop d'amour, ça tue l'amour ».

Il a aussi été question de la manière dont a été vécue cette affaire par ses proches, notamment par Angèle et sa femme, Lena, toutes deux connues pour être des femmes engagées. « On en a parlé et on est au clair par rapport à ça. C’était important d’en parler. Maintenant le déferlement médiatique qu’elles ont subi, c’est quelque chose que je trouve très dur, injuste même, mais à nouveau : à qui la faute ? », conclut-il. Par contre, quand Yann Barthès lui demande si ça a été « chaud » entre eux à ce moment-là, Roméo Elvis préfère ne pas aborder le sujet. « Ça, ça nous regarde, c’est du privé, mais tout va bien », assure-t-il.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern