Accueil Actu Soirmag

Filmés à leur insu, ils se retrouvent dans un film Netflix et portent plainte (vidéos)

L’audio description de la séquence parlait de « deux barbus ». Les deux hommes sont toujours dans le film, bien qu’ils n’aient jamais donné leur accord.

Temps de lecture: 2 min

Un nouveau film d’action vient de sortir sur Netflix, « Sentinelle ». Il suit les aventures d’une femme soldat d’élite à Nice qui revient d’une mission traumatisante. La jeune femme va tenter de se servir de ses compétences pour traquer l’agresseur de sa sœur. Dans le film, l’audiodescription d’une scène, aujourd’hui modifiée en catastrophe, a retenu l’attention comme le rapporte Nice-Matin.

La femme soldat regarde les gens passer sur la promenade de Nice, à travers le viseur de son Famas. Dans l’audio du passage, il est possible d’entendre « deux jeunes barbus munis d’un sac à dos se serrent la main et se séparent ». L’homme barbu en question n’est autre que Rami Sahli, un jeune homme de 22 ans, électricien qui sortait du travail et qui disait au revoir à son collègue.

Le jeune homme a reçu des messages : « Je t’ai vu dans un film sur Netflix », « Ils disent que tu es un barbu. Ça craint, on dirait que tu es un terroriste dessus ». Ce qui pose énormément problème à Rami Sahli, c’est qu’en plus d’avoir été filmé sans son consentement, l’homme est mis en avant sous des termes qu’il juge connotés.

Plainte contre Netflix

L’homme a décidé de porter plainte contre Netflix pour « provocation publique à la discrimination, à la haine raciale ». Selon son avocat : « C’est un terme très connoté, surtout dans ce contexte de surveillance et de terrorisme ».

Rami Shali a ajouté à Nice-Matin : « Je n’ai rien à voir avec l’Islam, le terrorisme. La scène a été tournée à l’endroit même de l’attentat de Nice. Je ne comprends pas comment le réalisateur peut me faire passer pour un terroriste. Juste parce que je suis maghrébin  ? ».

Netflix a depuis changé l’audiodescription du film mais la séquence est toujours présente.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une