Un casse-tête pour loger le prince Harry en Angleterre: une maison «coupée en deux»

Un casse-tête pour loger le prince Harry en Angleterre: une maison «coupée en deux»
BelgaImage

Le 1er juillet prochain, un hommage sera rendu à la princesse Diana avec l’inauguration d’une statue à Londres. Une occasion que son fils Harry ne pouvait évidemment pas manquer. Même s’il sera sans Meghan, il fera donc le voyage au-dessus de l’Atlantique. Mais cela pose une question assez complexe : où est-ce qu’il pourra loger ? Hors de question qu’il puisse aller chez son père ou son frère. De ce fait, il a fallu trouver une solution bis.

Une quarantaine royale

Pour respecter les règles britanniques sur les voyages, le prince Harry devra arriver plus tôt, faire un court isolement et conclure avec un test PCR, dans l’espoir qu’il soit négatif. Il a donc fallu absolument trouver un endroit où il pourrait séjourner pendant ce temps-là, ainsi que lorsqu’il en aura fini avec cette mesure sanitaire.

La famille royale s’est donc tournée vers son ancienne maison de Frogmore Cottage, là où il avait déjà logé lors des funérailles du prince Philip. Le souci, c’est que les lieux sont maintenant occupés par la princesse Eugenie et ses proches. Il a donc fallu quelques aménagements. Selon « The Sun », « le cottage a littéralement été coupé en deux, ce qui signifie qu’Harry peut s’isoler dans une partie de la maison sans avoir à entrer en contact avec sa cousine et sa famille ».

Une fois cette période de quarantaine terminée, il pourra s’adresser directement à son frère William, qui doit lui aussi être présent le 1er juillet. Comme lors des funérailles du prince Philip, la presse britannique ne pense qu’à une chose : est-ce que cela permettra une réconciliation ? C’est à nouveau une possibilité, même si rien ne permet de le certifier. Harry ne sera en tout cas pas accompagné de ses deux enfants, restés avec Meghan en Californie.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern