Pour sa dernière matinale, Michel Cymes s’attaque aux antivax et à Didier Raoult

belgaimage-170106374-full
BelgaImage

Ce vendredi, Michel Cymes faisait sa toute dernière chronique dans la matinale sur RTL. « D’un commun accord » avec la chaîne radio, il a décidé qu’en s’en était fini de sa rubrique « Ça va beaucoup mieux ». Mais pour son dernier passage devant Yves Calvi, le médecin le plus populaire des Français a décidé de pousser un coup de gueule. Il s’attaque ainsi tous azimuts à ceux qui sont coupables de la « montée du complotisme », notamment aux anti-vaccins.

Contre « ceux qui se prennent pour des experts »

Après avoir évoqué son départ de RTL, Michel Cymes évoque ensuite le fait que « la santé est devenue, aujourd’hui, un tel enjeu politique que pour la première fois, ce ne sont plus seulement les experts, les vrais, qui s’expriment, mais ceux qui se prennent pour des experts, qu’ils soient médecins ou responsables politiques ». Il affirme dès lors que « la santé est devenue la plus belle des vitrines pour qui recherche une notoriété ou des électeurs. Résultat, ce que nous constatons depuis des mois, à savoir une cacophonie d’avis, de projections, de yakafokon. Le tout au détriment d’une véritable information scientifique validée ».

C’est là qu’il s’attaque plus précisément à « la montée du complotisme et des antivax ». Sans donner de nom, il évoque notamment des personnes parmi lesquelles il est facile d’y voir une référence à Jean-Marie Bigard. « Vous les voyez avec la parole donnée à des humoristes qui décident tout seuls dans leur coin qu’il ne faut pas se faire vacciner et qui clament leur avis haut et fort avec la complicité de médias qui sont souvent les premiers à dire qu’il ne faut pas leur donner la parole mais qui les invitent car "ça fait de l’audience" ».

Puis Michel Cymes parle notamment de Didier Raoult, le très controversé médecin marseillais qui défend bec et ongles l’utilité de la chloroquine contre le Covid-19, même si ses collègues prouvent le contraire. « Les conséquences, ce sont certains artistes, certains politiciens aussi, sensibles aux discours, là encore irrationnels, de médecins qui, auréolés de leur titre de Professeur, ont décidé de contredire l’ensemble de la communauté scientifique mondiale, je dis bien mondiale, pour continuer à faire rêver autour d’un médicament totalement inefficace ».

Face à cette situation, Michel Cymes dit qu’il est vertueux pour les scientifiques de reconnaître qu’ils ne savent pas tout et qu’il y a beaucoup d’inconnues. « Mais dire ça, c’est laisser la place à ceux qui font croire qu’ils savent, eux. Et ce sont ceux-là qui représentent le vrai danger, celui de la désinformation médicale. J’espère ne pas y avoir participé », conclut-il.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?