Des stars ont appelé Michel Cymes pour être vaccinées contre le Covid-19

Des stars ont appelé Michel Cymes pour être vaccinées contre le Covid-19
BelgaImage

Il y a quelques jours, il a fait partie des tout premiers vaccinés au Covid-19, vu qu’il travaille en partie à l’hôpital et qu’il a plus de 50 ans. Pour l’occasion, Michel Cymes a même été filmé par les caméras de CNews au moment de l’injection. Le médecin le plus populaire du PAF promouvait ainsi la campagne de vaccination pour sortir de la crise sanitaire. Et manifestement, le message est bien passé, voire un peu trop. C’est ainsi que ces derniers jours, Michel Cymes a reçu des demandes de passe-droit de la part de célébrités. Une requête à laquelle il a répondu de façon claire et nette.

Sollicité de toutes parts et toujours la même fermeté

Michel Cymes explique ainsi à Purepeople comment certaines stars essayent de contourner les règles en vigueur pour avoir un traitement de faveur, au mépris des priorités accordées aux personnes plus vulnérables. « Comme je suis un peu dans le milieu de la télé, j’ai été appelé par des gens très très célèbres, qui ne sont pas dans les plus de 75 ans ou les plus de 50 ans soignants, qui m’ont dit : 'Tu pourrais pas essayer de m’avoir…' », explique-t-il. Mais le médecin tient à rassurer le public : « Bien sûr, je dis non, mais surtout, je ne pourrais même pas. C’est impossible ». Il ne précise cependant pas les noms de ceux qui l’ont appelé.

Michel Cymes précise aussi que les célébrités ne sont pas les seules à lui mettre la pression pour avoir la précieuse protection contre la pandémie actuelle. Parfois, cette situation est même assez paradoxale. « J’ai eu plein d'amis qui étaient sceptiques, qui ne voulaient pas se faire vacciner, qui disaient : 'Ouais, on ne va pas servir de cobaye'. Et les mêmes me disent aujourd'hui ! 'Est-ce que t'as pas un moyen d'accélérer pour que je puisse me faire vacciner ?’ Non, il n'y a pas de passe-droit », réaffirme-t-il.

Enfin, le médecin n’est pas non plus épargné par les anti-vaccins qui font parfois valoir des théories du complot à propos des images de l’injection de son vaccin. « On est en train de voir sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, que je me serais fait vacciner avec du sérum physiologique, ou avec une aiguille rétractable. Vous imaginez que si c'était vrai, ça voudrait dire que le ministre de la Santé qui était là, que le médecin qui m'a fait l'injection, que les infirmières et que tout l'hôpital dans lequel ça s'est passé étaient des complices. Je ne préfère même pas vous dire ce que je pense de ce genre de rumeurs », conclut-il.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern