Pour sa dernière chronique, Anne Roumanoff tacle Europe 1

Pour sa dernière chronique, Anne Roumanoff tacle Europe 1
BelgaImage

Ce vendredi, Anne Roumanoff prenait pour la dernière fois la parole sur Europe 1. Comme d’autres de ses collègues, la nouvelle direction n’a pas prolongé son contrat. Hier, la presse française apprenait d’ailleurs que Bertrand Chameroy, autre voix de la chaîne, avait été évincé lui aussi. C’est dans ce contexte très tendu, où la rédaction craint une « très forte droitisation » d’Europe 1, qu’Anne Roumanoff a fait ses adieux, sans oublier de faire quelques tacles.

« Dans ma tête je pense 'Crève!' »

Pour commencer, l’humoriste affirme que ce n’est pas si grave de partir, même si la liberté de parole, « c’est ça l’ADN d’Europe 1 », ne manque-t-elle pas de rappeler. Elle compare ensuite sa relation avec la chaîne avec une relation amoureuse avec des ruptures. « Quand je romps ou quand je me fais larguer, j'écris un joli mail, comme un petit retour d'expérience, un petit bilan », dit-elle avant de commencer son message.

« Chère Europe 1. On se connaît depuis 9 ans, on a eu une première histoire qui avait démarré en 2009, tu m'as quitté en 2014. À l’époque, on se voyait une fois par semaine... et je me souviens bien que tu m'avais larguée en 4 minutes ». Puis deux ans plus tard, elle est revenue, « soi-disant que je te manquais ». Une histoire qui se finit à nouveau ce 2 juillet 2021. « Aujourd'hui, chère Europe 1, on se quitte d'un commun accord. Enfin, c'est surtout toi qui es d'accord », lance-t-elle.

« Comme dans toutes les histoires d'amour, il y a eu des hauts et des bas. Et moi, j'ai un grand principe : il ne faut jamais retenir un homme qui s'en va. Moi, je ne suis pas du genre à me rouler par terre en gémissant 'mais pourquoi, pourquoi tu ne veux plus de moi ?' Non, ça manque de dignité. Moi, je suis élégante dans la rupture, je dis 'Bon, ben, écoute, je te souhaite beaucoup de bonheur' même si dans ma tête je pense 'Crève, sale connard!' », déclare l’humoriste.

« Chère Europe 1, aujourd'hui une page se tourne, je vais passer à autre chose, on va tous passer à autre chose, mais on ne sait pas encore quoi. C'est ce qu'on appelle les surprises de la vie... Quand on a une rupture professionnelle, on te dit 'Tu vas rebondir'. Rebondir ? Déjà, je ne suis pas un ballon de foot. En plus, ce matin, je me sens un peu comme Lloris après une séance de tirs au but », ajoute-elle en référence aux buts pris par la France lors du match contre la Suisse à l’Euro. Elle conclut enfin en remerciant tous ces chroniqueurs puis les membres de la direction d’aujourd’hui et d’hier, « par ordre alphabétique » pour qu’il n’y ait pas de tension par la suite.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern