États-Unis: polémique autour d’un pistolet ressemblant… à un jouet Lego (photo)

Image d’illustration
Image d’illustration - Belgaimage

Cette initiative a poussé le fabricant danois de jouets à envoyer une lettre de mise en demeure à la société en question. « Notre organisation a contacté Lego, qui a ensuite envoyé une lettre de mise en demeure au fabricant d’armes irresponsable  », a affirmé mardi sur Twitter Shannon Watts, fondatrice de l’association Moms Demand Action qui milite pour des législations renforcées sur les armes.

Des briques rouges, jaunes et bleues : ressemblant dangereusement à un jouet, l’arme semi-automatique ainsi personnalisée par l’entreprise Culper Precision, qui se trouve dans l’Utah, à l’ouest des États-Unis, a été baptisée « Block19 » et coûte entre 549 et 765 dollars. « Voilà un de nos rêves d’enfants qui devient réalité », expliquait l’entreprise dans une publication faisant la promotion du « Block19 », postée sur Instagram le 24 juin.

« Les pistolets sont sympas. Tirer avec une arme est sympa  », pouvait-on aussi lire sur son site internet dans une page dédiée au produit et désormais supprimée. « C’est irresponsable et dangereux au-delà de l’imaginable. Même quand les pistolets ne ressemblent pas à des jouets, les enfants peuvent s’en servir  », a tweeté mardi Mme Watts. « En 2021, plus de 165 fusillades accidentelles par des enfants ont eu lieu  », a-t-elle ajouté, en se basant sur les chiffres de l’organisation Everytown.

L’année dernière 142 personnes sont décédées après des « tirs involontaires  » d’enfants ou de mineurs, selon la même source. Le président de Culper Precision, Brandon Scott, a confirmé au Washington Post avoir reçu la mise en demeure de Lego et avoir décidé de se plier à leurs exigences, après avoir vendu moins d’une vingtaine de pistolets « Block19 ».

Cette polémique intervient au moment où le président Joe Biden a fait de la lutte contre l’« épidémie » de violences par armes à feu aux États-Unis une des priorités de son mandat. Le président démocrate a ainsi présenté en juin des mesures pour limiter la prolifération des armes à feu, au niveau fédéral, mais le Congrès est très divisé et les démocrates peinent à faire bouger les choses.

AFP