Naomi Osaka se dévoile dans un documentaire Netflix

Isopix
Isopix

Naomi Osaka a été au cœur d’un houleux épisode lorsqu’elle a annoncé son retrait de Roland-Garros. La numéro deux mondiale ne souhaitait plus donner d’interviews immédiatement après le match comme il était pourtant écrit dans les contrats. En participant à ce documentaire Netflix, Naomi Osaka se donne l’opportunité de faire la lumière sur son succès mais aussi sur ses périodes de dépression.

Trois ans de reportage

Pour réaliser ce documentaire, des caméras ont suivi la jeune joueuse pendant trois ans. Un temps suffisant pour comprendre la pression du milieu sportif mais aussi la grande introversion de Naomi Osaka, peu loquace en interview. Elle revient dans le documentaire sur son enfance passée aux États-Unis, fille d’un père haïtien et d’une mère japonaise, mais surtout, ne parlant qu’à sa sœur à l’école.

Naomi Osaka s’épanouit dans le tennis qu’elle découvre très tôt, à 3 ans. En 2018, elle remporte l’US Open, enchaîne les compétitions et les grandes victoires et devient à 21 ans, la deuxième mondiale et la plus grande championne de tennis du Japon. Une ascension rapide et intense qui peut être difficile à supporter. Ajouté à cela la dureté du monde sportif, Naomi Osaka devient anxieuse et passe par des phases de dépression.

Le tennis remis en question

Le documentaire montre d’ailleurs des scènes de doute, où la joueuse remet en question sa carrière et lance même « Le tennis ne sert à rien ». Ce qui l’aide à tenir finalement, c’est le sens qu’elle donne à sa notoriété par des actions. Ainsi elle a été vue en train de soutenir la lutte contre les violences policières en portant des masques avec le nom de victimes de ces violences aux États-Unis mais aussi en refusant de jouer sa demi-finale lors du tournoi de Cincinnati. Un point que le documentaire n’aborde pas cependant, c’est bien son retrait de Roland-Garros.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Nos livres de l’été

    livres

    La rédaction de « Soir mag » vous recommande quelques lectures coups de cœur. Cette semaine, les trois conseils d’Éloïse Dewallef.