L’équipe norvégienne de beach handball reçoit une amende pour ne pas porter de bikini

Capture d’écran - Instagram
Capture d’écran - Instagram

En Norvège et ailleurs, on dénonce la décision de la Fédération européenne de handball. En effet, l’équipe féminine norvégienne de beach handball a reçu une amende de 1.500 euros lors de leur dernier match de l’Euro face à l’Espagne, lundi 19 juillet. La Fédération a estimé que la tenue des joueuses n’était pas réglementaire.

Les athlètes avaient décidé de ne pas se présenter en bikini mais en short et brassière pour le match pour plus de confort. La Fédération internationale a effectivement des règles concernant la tenue exigée des joueuses : « Les joueuses doivent porter des bas de bikini (…) ajustés et échancrés (…) Les côtés doivent être larges d’au maximum 10 cm ».

Un tollé en Norvège

Cette amende a provoqué un tollé en Norvège. Le Huffpost rapporte les propos d’un journal régional norvégien qui parlait d’une « une vision aussi machiste de la femme (qui) appartient à une autre époque ». Cette décision est d’autant plus surprenante que la Norvège avait prévenu la Fédération européenne du choix vestimentaire de ses joueuses.

Ces dernières ont choisi de jouer en short plutôt qu’en bikini pour des raisons pratiques mais aussi parce qu’elles trouvaient cette tenue moins dégradante, ayant « l’impression d’être nues en public » autrement.

Le ministre norvégien de la culture, Abid Raja est intervenu sur Twitter en écrivant : « Punaise, que de changements d’attitudes sont nécessaires dans l’univers international macho et conservateur du sport ».

Réactions chez les présidents de Fédérations

Le président de la Fédération norvégienne de volley-ball, Eirik Sørdhal est aussi intervenu en déclarant « En 2021, ça ne devrait même pas être un sujet ».

Le président de la Fédération de handball, Kare Geir Lio a lui annoncé : « Bien sûr que nous prendrions une éventuelle amende à notre charge. Nous sommes tous sur le même bateau » avant d’ajouter « Le plus important est de disposer d’équipements avec lesquels les athlètes sont à l’aise. Cela devrait être un choix libre dans le cadre de règles standardisées ».

Pour sa défense, la Fédération européenne a expliqué que la tenue exigée était inscrite dans les règles d’un sport et que la Fédération internationale doit le faire en premier.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern